Un promeneur a trouvé une carcasse de béluga à Tadoussac le 27 mars. La découverte a été signalée au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM). C’est la première carcasse de béluga à être trouvée en 2021.
Depuis 1983, un programme permet de récupérer des carcasses afin de les analyser par une nécropsie, pour tenter de mieux comprendre ce qui cause les mortalités. Toutefois, la carcasse du béluga mâle adulte se trouve dans une baie isolée, accessible par un petit chemin de randonnée non aménagé ou par la rive, mais uniquement à marée basse.

L’équipe mobile du Réseau se rend rapidement sur les lieux afin de sécuriser la carcasse et de récolter les informations nécessaires pour monter un plan de match. Plusieurs facteurs sont à considérer, comme les marées, les courants de la zone, les fenêtres météo, mais aussi la sécurité des intervenants. Après une évaluation étendue de la situation, le constat est sans appel : la récupération de la carcasse ne pourra pas se faire. La décision est donc de procéder à l’échantillonnage de la carcasse.

Lors d’un deuxième déplacement, l’équipe mobile photographie, mesure et récupère des échantillons de peau, de muscle et de gras, un morceau de mâchoire et le foie du béluga. Les prélèvements sont envoyés à l’Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada pour analyse. Les photos, elles, sont analysées par l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins, qui gère le catalogue de photo-identification des bélugas. Malgré les marques dans la crête du béluga, il n’est pas identifié parmi les bélugas connus.

Lors d’un deuxième déplacement, l’équipe mobile photographie, mesure et récupère des échantillons de peau, de muscle et de gras, un morceau de mâchoire et le foie du béluga. Les prélèvements sont envoyés à l’Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada pour analyse.

Les photos, elles, sont analysées par l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins, qui gère le catalogue de photo-identification des bélugas. Malgré les marques dans la crête du béluga, il n’est pas identifié parmi les bélugas connus.

Aucun indice externe ne permet de savoir de quoi le béluga est mort. Depuis 1983, environ 15 bélugas sont trouvés morts sur les rives du Saint-Laurent chaque année. Le suivi mis en place aide à dresser le portrait des mortalités de cette population en voie de disparition et permet de suivre l’évolution des causes de mortalité.

Urgences Mammifères Marins - 1/4/2021

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

Pourquoi ne pas toucher à une carcasse de mammifère marin?

Par Marie-Maude Rondeau Avez-vous déjà entendu parler de Valleau, le cachalot dont la carcasse s’est échouée à L’Anse-à-Valleau en 2003?…

|Urgences Mammifères Marins 4/11/2021

Deux baleines à bec s’échouent vivantes dans la baie des Chaleurs

Jeudi 30 septembre, le Réseau québecois d'urgence pour les mammifères marins (RQUMM) reçoit un signalement pour deux baleines échouées vivantes…

|Urgences Mammifères Marins 7/10/2021

Que faire face à un phoque blessé?

Alors que vous vous promenez sur les rives du Saint-Laurent, vous tombez nez à nez avec un phoque. Jusque-là, rien…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2021