La saison sur l’eau est terminée depuis une vingtaine de jours, mais il est encore possible d’observer des mammifères marins depuis les rivages en Haute-Côte-Nord.

La preuve? Le 20 novembre, une belle surprise m’attendait au cap de Bon-Désir. À peine arrivé sur les rochers de ce site privilégié, j’observe un immense souffle. Je prends mes jumelles et je comprends qu’il s’agit d’un rorqual bleu! Cet individu prend deux respirations puis sonde sans montrer la queue. Une vingtaine de minutes plus tard, il refait surface, mais bien plus loin. Encore deux ventilations et il disparait une nouvelle fois. Je comprends que ce rorqual bleu se dirige à grande vitesse vers le nord-est. Je me dirige alors vers le quai du traversier aux Escoumins en espérant le revoir. Et effectivement, environ 45 minutes après la dernière observation, il refait surface. Après trois ventilations, il plonge à nouveau, continuant sa route vers le nord-est. Je peux prendre quelques photographies de ce rorqual bleu et de son immense souffle…

Il est également encore possible d’observer quelques petits rorquals dans les environs: deux individus le 20 novembre devant le cap de Bon-Désir et un individu dans le même secteur le 21 novembre.

Également le 21 novembre, je repère trois espèces de phoques que l’on peut observer l’hiver dans le secteur: phoque gris, phoque commun et phoque du Groenland.

À noter que le 11 novembre, j’ai observé aux jumelles, depuis la pointe Rouge à Tadoussac, un groupe de six bélugas, adultes et jeunes. Et parmi eux, un individu bien connu des chercheurs du GREMM: Yogi, une femelle rencontrée pour la première fois en… 1986. Elle est facilement reconnaissable grâce à ses marques imposantes sur le flanc gauche, entre la crête et le pédoncule. Je peux prendre une photo, de très loin, mais qui confirme cette identification. Le 20 novembre, quelques bélugas sont aussi présents devant le quai du traversier aux Escoumins.

C’est aussi une magnifique période pour observer les différentes espèces de canards marins qui hivernent dans le secteur: garrots d’Islande et à œil d’or, harles huppés et grands harles, eiders à duvet, canards noirs, hareldes kakawis, etc.

Harfang des neiges © Renaud Pintiaux
Aigle à tête blanche juvénile © Renaud Pintiaux
Grand Harle © Renaud Pintiaux
Garrot © Renaud Pintiaux
Béluga © Renaud Pintiaux
Carnet de terrain - 25/11/2019

Renaud Pintiaux

Assistant de recherche au GREMM de 2003 à 2009 et de 2012 à 2014, Renaud Pintiaux est un observateur et un photographe passionné. Hiver comme été, de la rive ou en bateau, il saisit toutes les occasions de rencontrer les mammifères marins et les oiseaux du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.



Articles recommandés

Migration de squelettes de baleines vers Tadoussac

Vendredi 15 mai, 9h30. Chaussures aux pieds et sac à l'épaule, j'attends impatiemment l'appel qui donnera le coup d'envoi de…

|Carnet de terrain 25/6/2020

L’aube d’une saison prometteuse

Il y a quelques jours, je suis sorti au large de Matane avec un ami. Entre Grosse-Roches et Les Méchins,…

|Carnet de terrain 27/5/2020

Océans silencieux : est-ce que la crise de la COVID-19 a réduit le bruit dans l’habitat des baleines?

Par Valeria Vergara, chercheuse au programme de conservation des mammifères marins d’Ocean Wise. Texte traduit par Marie-Ève Muller. Pour lire le…

|Carnet de terrain 16/4/2020