Une forêt de souffles

  • Les souffles des grands rorquals peuvent être audibles à des centaines de mètres par temps calme, mais surtout, ils peuvent être visibles à des kilomètres! © GREMM
    26 / 09 / 2018 Par Marie-Ève Muller

    À peine la croisière du 23 septembre a-t-elle commencé que le capitaine s’écrie «Breach!». Au large des Bergeronnes, le corps d’environ 15 mètres d’un rorqual à bosse s’écrase avec fracas sur la surface de l’eau. L’excitation monte à bord tandis que le Zodiac s’approche de la scène : la baleine saute à nouveau, une fois, deux fois, six fois! Puis, en quelques secondes, l’embarcation se trouve entourée de têtes aux allures chevalines des phoques gris. Alors les souffles commencent à poindre, autant à 100 mètres qu’à près d’un kilomètre. «On dirait une forêt de souffles», s’étonne une passagère en perdant le compte des souffles tout autour du bateau. Des rorquals communs et des rorquals à bosse respirent de tous les côtés, des nageoires pectorales claquent, des corps et des têtes s’élèvent hors de l’eau et luisent dans la lumière rasante de la fin de septembre. «La plus belle croisière de 2018!», s’enthousiasme le capitaine.

    Est-ce que la tempête et ses forts vents des jours précédents ont pu jouer un rôle dans cette agrégation de baleines, de phoques et d’oiseaux? C’est possible. Le vent crée les vagues et elles peuvent modifier les concentrations de proies des baleines en changeant les courants de surface.

    Les muscles entourant l’évent des baleines à dents ou les deux évents des baleines à fanons sont puissants. © GREMM

    En Gaspésie, le vent a connu des rafales de 120 km/h. Grâce aux muscles puissants de leur évent, les baleines peuvent respirer en une seule seconde pour remplir leurs poumons et peuvent donc parvenir à souffler malgré les tempêtes et les vagues. Le 24 septembre, à Percé, le vent s’est enfin calmé et la mer a retrouvé sa teinte bleutée. Un long souffle s’élève à environ 3 milles nautiques au nord-nord-est de la colonie de fous de Bassan. Du côté de la baie de Gaspé, les vents ont fait annuler environ une croisière sur deux. N’empêche, des petits rorquals en alimentation de surface ont été observés, tout comme deux rorquals à bosses, deux rorquals communs, un rorqual bleu, une cinquantaine de marsouins communs au cours des derniers jours. Dimanche, une centaine de dauphins à flancs blancs ont fait un passage remarqué.

    À Baie-Comeau, un petit rorqual attire l’attention des riverains le 23 septembre. À Franquelin, un petit rorqual ainsi qu’un petit groupe de rorquals à bosse s’alimentent au large. Une observatrice se réjouit «On voit souvent de grands souffles encore plus au large».

    Le 25 septembre, l’équipe de la Station de recherche des iles Mingan assiste à des scènes spectaculaires d’alimentation de surface d’un regroupement d’environ 20 petits rorquals.

    Voilà! C’est la dernière carte de la saison. Bonnes observations!

    Cliquez sur les icônes de baleine ou de phoque pour découvrir l’espèce, le nombre d’individus, des informations supplémentaires ou des photos de l’observation.  Pour agrandir la carte, cliquez sur l’icône du coin supérieur droit. 

    Pour faire apparaitre la liste des observations, cliquez sur l’icône du coin supérieur gauche. 

    Cette carte représente un ordre de grandeur plutôt qu’un recensement systématique.

    Légende pour les icônes de baleine

    Gris pâle: béluga
    Gris foncé: rorqual commun
    Noir: petit rorqual
    Bleu clair: rorqual à bosse
    Bleu foncé: rorqual bleu

    Légende pour les icônes de dauphin

    Brun: marsouin commun
    Gris foncé : dauphin à flancs blancs

    Légende pour les icônes de phoque

    Gris: phoque gris
    Kaki: phoque commun

    Légende pour les poissons

    Turquoise: Thon rouge


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques et des observateurs. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.