Les résidents de Chandler n’ont pas tardé à contacter le 1-877-7baleine dans l’après-midi du 13 août alors qu’une carcasse de béluga était sur le rivage, rue de la Plage, à quelques mètres des chalets. La baleine fait 4,55 m, il s’agit d’un mâle (un des plus gros retrouvés depuis 1983) et il est en état de décomposition avancée. Il est plutôt rare de retrouver des bélugas échoués sur les côtes de la Gaspésie. On retrouve annuellement en moyenne une quinzaine de carcasses de bélugas, mais c’est surtout dans la région du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord qu’elles sont retrouvées.

La carcasse de Chandler a été échantillonnée vendredi par un spécialiste de l’Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent (INESL). La mâchoire inférieure a été récupérée pour déterminer l’âge de ce gros mâle et des échantillons de peau, de gras, de muscle et du foie ont été aussi récupérés à des fins d’analyses génétiques et de contamination.

Cette carcasse représente sans conteste une opportunité d’en apprendre sur la population de bélugas du Saint-Laurent, mais en parallèle, elle représente aussi une nuisance pour la population! La température élevée accélère la décomposition de la baleine et les odeurs de putréfaction sont incommodantes. Lorsqu’un mammifère marin mort s’échoue sur les rives du Saint-Laurent, il est du ressort du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), en collaboration avec la municipalité, d’évaluer la situation et d’entreprendre les démarches nécessaires pour procéder à l’enfouissement de la carcasse. Dans le cas des espèces en péril, telles que le béluga, la baleine noire ou le rorqual bleu, un permis couvrant ce type d’intervention doit être émis par le ministère Pêches et Océans Canada. Le dossier est donc actif et les instances impliquées évaluent actuellement la situation. Ces démarches nécessitent parfois quelques jours et la patience des riverains est alors de mise.

Autres cas de bélugas

Depuis le début du mois d’août, trois autres carcasses de bélugas ont été trouvées dans le Saint-Laurent, soit trois jeunes nouveau-nés. À ce jour, ce sont 13 carcasses de bélugas qui ont été signalées à Urgences Mammifères Marins pour l’année 2015, un nombre qui se situe dans les moyennes attendues. Les inquiétudes des chercheurs se maintiennent toutefois quant au nombre récent de mortalités chez les nouveau-nés, une tendance observée dans cette population depuis 2010.

Urgences Mammifères Marins - 14/8/2015

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Urgences mammifères marins répond à l’appel pendant les Fêtes

Si la fin de l’année est une période propice au repos et au bons moments en famille, l’équipe du Réseau…

|Urgences Mammifères Marins 16/12/2021

2021, une autre année bien occupée pour Urgences Mammifères Marins

À partir du mois de novembre, les appels se font plus rares du côté d'Urgences Mammifères Marins. Tant mieux pour…

|Urgences Mammifères Marins 3/12/2021

Pourquoi ne pas toucher à une carcasse de mammifère marin?

Par Marie-Maude Rondeau Avez-vous déjà entendu parler de Valleau, le cachalot dont la carcasse s’est échouée à L’Anse-à-Valleau en 2003?…

|Urgences Mammifères Marins 4/11/2021