Ne soyons pas surpris: le mois de février est une période creuse en ce qui a trait à la présence de baleines dans le Saint-Laurent. On rapporte néanmoins encore trois souffles perceptibles au large de Godbout, le 6 février dernier et la présence de phoques dans l’estuaire du Saint-Laurent et dans le fjord du Saguenay.

Notre observatrice assidue de Franquelin sur la Côte-Nord rapporte pour sa part quelques phoques du Groenland ça et là dans les dernières semaines, au travers de la vingtaine de garrots à œil d’or. Ce canard plongeur se distingue de son « cousin », le garrot d’Islande, par les reflets verdâtres sur sa tête et le blanc sur ses flancs et ses ailes. De plus, le garrot à œil d’or a un rond blanc sous l’œil, un bec long et un front fuyant tandis que le garrot d’Islande a un front abrupt, un bec court et une tache blanche en forme plutôt de croissant entre le bec et l’œil. Aussi, le garrot à œil d’or est plus abondant que le garrot d’Islande, une espèce en péril; la population hivernante de garrots d’Islande dans l’est de l’Amérique du Nord est estimée à environ 4 500 individus, ou à 1 400 couples. Les tendances spécifiques des populations sont inconnues, mais on croit que la population de l’est de l’espèce a décliné pendant le 20e siècle et qu’elle est peut-être toujours en déclin. En comparaison, le garrot à œil d’or se rencontre à peu près partout au Québec et dans l’est du Canada. On y dénombrerait au moins 60 000 couples.

Un navigateur à bord du brise-glace de la Garde côtière, le Pierre Radisson, a contemplé un groupe d’une vingtaine de phoques du Groenland allongés sur la banquise bordant l’île Saint-Louis dans le fjord du Saguenay. On les reconnait entre autres à leur selle noire sur leur dos blanc-crème. « Nous les avons observés à bord de notre chaloupe de sauvetage lors d’un exercice en mer, ils ne semblaient aucunement perturbés par notre présence! » a-t-il relaté. Plus en aval, la semaine dernière, un ornithologue posté à la pointe de l’Islet à l’embouchure du fjord a observé un phoque commun solitaire.

Observations de la semaine - 26/2/2016

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Dauphins d’automne

«Quoi? Des dauphins ici?», s’étonne une lectrice. Pour bien des gens, lorsqu’on parle de dauphin, l’image mentale qui apparait est…

|Observations de la semaine 17/9/2020

Troupeaux de baleines

Les souffles caverneux explosent l’un après l’autre, laissant six colonnes blanches et cylindriques s’estomper lentement. Un troupeau de rorquals communs…

|Observations de la semaine 10/9/2020

Grands voyageurs et grands dormeurs

L’été, êtes-vous du genre à toujours retourner au même camping, au même chalet, année après année ou êtes-vous plutôt nomade,…

|Observations de la semaine 3/9/2020