Vivant aux quatre coins du Saint-Laurent, qu’ont-ils vu?

«Des phoques gris, environ cinq ou six, et une dizaine de bélugas entre Les Escoumins et Tadoussac», mentionne une résidante des Escoumins qui a aperçu ces mammifères marins lors d’une journée de travail, étant une pilote du Saint-Laurent. «Ça pullule de vie! », souligne-t-elle.

Une semaine plus tranquille pour notre collaboratrice de Franquelin qui, depuis son observation de deux rorquals bleus, n’a rien revu. Même topo du côté d’un habitant de Saint-Anne-des-Monts où la banquise s’étend à perte de vue. La présence marquée de glace sur le Saint-Laurent cause bien des soucis aux capitaines de navires, mais elle fait la joie des pêcheurs de glace répartis un peu partout au Québec. Par exemple, à l’embouchure de la rivière Rimouski dans le Bas-Saint-Laurent, les pêcheurs recherchent l’éperlan.

La glace est essentielle aux phoques du Groenland, dont plusieurs sont aperçus le long du rivage de la Haute-Côte-Nord et dans la région de Sept-Îles. Ces phoques arrivent dans le Saint-Laurent au moment de sa formation pour repartir vers l’Arctique lorsqu’elle disparaît. Très bientôt, ils quitteront temporairement l’estuaire pour la mise bas des jeunes sur la banquise au large des îles de la Madeleine. La naissance et la survie des jeunes dépendent de la présence et des conditions de la glace.

Un chasseur de phoques de la Haute-Côte-Nord souligne la présence régulière de bélugas au large des Escoumins cet hiver. Et ce ne sont pas des phoques que notre observateur de Sainte-Thérèse-de-Gaspé aperçoit dans les trous de glace devant chez lui, mais des oiseaux dont une espèce de macreuse, de garrot et des eiders à duvet.

À Baie-des-Sables, en Gaspésie, nos observateurs ont quitté leur région pour gagner la chaleur de la Floride, troquant ainsi leurs observations habituelles de petits rorquals pour celles de dauphins tout près de la plage. Puis, une naturaliste et passionnée de baleines, ayant vu l’article sur les observations d’une membre du GREMM à Maui, en profitait aussi pour nous envoyer quelques nouvelles de l’archipel d’Hawaï où elle se trouve également: un matin, deux rorquals à bosse s’activaient à la surface de l’eau dans la région de Keauhou; une photo témoigne de cette activité!

Observations de la semaine - 18/2/2015

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Dauphins d’automne

«Quoi? Des dauphins ici?», s’étonne une lectrice. Pour bien des gens, lorsqu’on parle de dauphin, l’image mentale qui apparait est…

|Observations de la semaine 17/9/2020

Troupeaux de baleines

Les souffles caverneux explosent l’un après l’autre, laissant six colonnes blanches et cylindriques s’estomper lentement. Un troupeau de rorquals communs…

|Observations de la semaine 10/9/2020

Grands voyageurs et grands dormeurs

L’été, êtes-vous du genre à toujours retourner au même camping, au même chalet, année après année ou êtes-vous plutôt nomade,…

|Observations de la semaine 3/9/2020