Il faut être chanceux pour assister à une séance de « breaching » lorsqu’on fait une sortie aux baleines. Pouvoir observer deux spectacles du genre de la part de deux rorquals à bosse différents dans un seul après-midi, c’est un privilège.

Le mercredi 19 juillet, alors que je faisais une sortie de repérage et de photo-identification pour la Station de recherche des iles Mingan sur la pointe Gaspésienne, j’ai suivi le rorqual à bosse H753 avec son veau sur environ 3 milles nautiques au large de la baie de Gaspé. Le baleineau devançait sa mère en effectuant des sauts à répétition sur tout ce parcours. Il en a effectué plus d’une vingtaine avant de se calmer.

Quelques minutes plus tard, j’observe une immense explosion à la surface de l’eau, beaucoup plus profondément dans la baie. C’était un autre rorqual à bosse, un adulte celui-là, H840 qui procédait au même manège. Ce dernier a effectué la gamme complète des différentes cabrioles qu’un rorqual à bosse peut faire. Cet individu est un acrobate accompli ! Sauts en dehors de l’eau pour retomber sur le dos ou sur le coté, il sort la tête pour faire de l’espionnage en surface, frappe sur l’eau avec sa nageoire pectorale et ensuite avec sa queue (nageoire caudale). Un spectacle complet d’une vingtaine de minutes ! Je n’étais pas le seul à y assister puisqu’il y avait un bateau d’excursion aux baleines sur place et probablement plusieurs personnes ont pu voir cette démonstration à partir de la côte de Forillon.

Voici quelques photos.

Gerbe d'eau provoquée par H840
Gerbe d'eau provoquée par le rorqual à bosse H753H840, le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Le rorqual à bosse H753 Bad Chemistry avec son veau
H753 Bad Chemistry avec son veau, le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon . © René Roy
Breach du rorqual à bosse H840
H840 "breaching", le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Flucking du rorqual à bosse  h840
H840 "fluking", le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Le rorqual à bosse h840 tappant l'eau de sa pectoral.
H840 "pec slapping", le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Le rorqual à bosse h840 tappant l'eau de sa pectoral.
H840 "pectoral slapping", le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Le rorqual à bosse h840 sortant sa tête de l'eau (spyhopping).
H840 "spyhopping", le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Le rorqual à bosse h840 tappant l'eau de sa queue.
H840 "tail slapping", le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Breach du rorqual à bosse h840.
H840, le 19 juillet 2017, dans le secteur Forillon. © René Roy
Carnet de terrain - 24/7/2017

René Roy

René Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des iles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

 On peut voir ses photos sur Facebook

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020