Après avoir été discrets ces derniers temps, les rorquals à bosse font un retour attendu en Gaspésie, entre six et huit individus ont été observés pendant plusieurs jours! Du côté de l’estuaire, la situation est tout autre pour l’instant, un petit rorqual par-ci, un groupe de bélugas par-là, mais aucun signe de grands cétacés depuis quelques semaines.

Rorqual à bosse en Gaspésie

Le début de la saison des croisières aux baleines a bien débuté dans la baie de Gaspé. La météo difficile n’a pas permis de faire des sorties sur l’eau tous les jours, mais les baleines étaient au rendez-vous.

La présence de plusieurs petits rorquals, de phoques communs et de quelques marsouins est remarquable, mais ce sont surtout les six à huit rorquals à bosse observés tous les jours qui impressionnent.

Pour l’équipe du Réseau d’observation des mammifères marins sur place pour la formation de membres observateurs à la collecte de données, les deux sorties en mer réalisées le 1er juin ont été l’occasion de faire de belles observations. « Nous avons vu plusieurs rorquals à bosse lors des deux croisières, une le matin et l’autre l’après-midi, au moins six individus, commente Mélissa Martel, gestionnaire de projet pour l’organisme. Nous avons aussi vu des phoques communs avec des bébés et quelques marsouins. »

Inquiétudes dans l’estuaire

Un brouillard d’inquiétude flotte dans le coin de Tadoussac. Un début de saison aussi calme n’est pas de coutume selon l’avis de quelques habitués qui travaillent depuis plusieurs années dans l’industrie de l’observation des baleines. Notre collaborateur Renaud Pintiaux, naturaliste et photographe animalier, signe d’ailleurs un carnet de terrain pour partager ses questionnements sur le sujet.

Le début de la saison n’est cependant pas garant du reste l’été. Plusieurs espèces migrant plus au sud pendant l’hiver, elles sont peut-être encore sur leur chemin de retour. La présence de capelan les derniers jours pourrait être un signe de l’arrivée prochaine des grands cétacés. Ces poissons argentés dont se nourrissent les baleines se reproduisent sur les plages de sables ou de gravier, on dit que le capelan « roule ». Pour Patrice Corbeil, directeur à l’éducation du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins, cette année est semblable à d’autres années, comme 2019. Il est aussi d’avis que les rorquals arrivent souvent peu de temps après la reproduction des capelans. À suivre!

Pour une passionnée des mammifères marins en visite pour quelques jours, la vue des cétacés qui circulent à l’embouchure du fjord du Saguenay est réjouissante et époustouflante. « J’ai vu plusieurs bélugas près des roches devant le Centre d’interprétation des mammifères marins et même un petit rorqual au bout de la pointe de l’Islet. J’étais heureuse rare! » Des phoques communs se reposent sur les roches dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Quelques phoques du Groenland nagent aussi dans le secteur.

La période de mise bas pour les phoques communs est toujours active. Plusieurs observateurs et observatrices ont d’ailleurs croisé de jeunes phoques dernièrement, que ce soit à Gallix, à Franquelin ou à La Malbaie. La cohabitation sur les plages est donc primordiale et il faut respecter une distance de 100 mètres avec ces pinnipèdes.

À Saint-Irénée, une riveraine s’émoie devant les belles observations qu’elle peut réaliser en scrutant le fleuve : « j’ai vu des bélugas tous les jours, sauf les derniers jours où il ne faisait pas assez beau. La beauté c’était dimanche dernier, j’ai vu une femelle béluga avec son petit chou. Il était bien gris foncé. »

Le reste des observations depuis la côte nord sont parsemées, un petit rorqual à Franquelin, quelques phoques depuis Pointe-des-Monts, quelques phoques gris à Havre-Saint-Pierre. Quelques marsouins, bélugas et phoques ont été aperçus lors d’une sortie en bateau dans l’estuaire entre Matane, Franquelin et Pointe-des-Monts. Depuis la Longue-Pointe-de-Mingan, on rapporte la présence d’environ trois petits rorquals, de phoques du Groenland et d’une vingtaine de phoques gris sur un site d’échouerie.

Observations de la semaine - 8/6/2023

Andréanne Forest

Andréanne Forest est rédactrice en chef de Baleines en direct depuis mai 2022. Après des études en environnement et en biologie, elle se tourne vers la communication scientifique dans l’objectif de rendre la science à la fois accessible et amusante. Andréanne souhaite mettre en lumière la démarche d’acquisition de connaissance tout en transmettant le désir d’apprendre.

Articles recommandés

Le grand chelem des rorquals du Saint-Laurent

Imaginez avoir la chance de voir les quatre espèces de rorquals qui fréquentent le Saint-Laurent dans la même journée! Pour…

|Observations de la semaine 18/7/2024

La frénésie des baleines

Des plus petites aux plus grandes baleines, toutes sont actuellement réunies dans le Saint-Laurent! Les marsouins communs sont omniprésents, de…

|Observations de la semaine 11/7/2024

Siam de retour et un requin-pèlerin en Gaspésie

Siam, le rorqual à bosse doyen de l’estuaire, est de retour! Pendant que les baleines nagent un peu partout dans…

|Observations de la semaine 4/7/2024