Ils nagent en groupe par bonds successifs. Un défilement de couleurs rayonne au-dessus de l’eau. On y distingue du blanc et du gris, surmontés d’une ligne jaune et d’un bleu sombre. Ce sont les dauphins à flancs blancs de l’Atlantique qui font un retour attendu dans l’estuaire, en plus d’être présents par centaines à Port-Cartier!

Après avoir été observée dans le golfe un peu plus tôt en saison, c’est le 27 septembre que l’espèce a été repérée dans le secteur entre Tadoussac et Les Escoumins. Le photographe et naturaliste Renaud Pintiaux raconte d’ailleurs son observation : « J’adore observer cette espèce fendant les flots parfois à grande vitesse. […] Nous avons rencontré ce mercredi ce petit groupe de 6 individus dans l’embouchure du Saguenay! »  Ces petits cétacés se nourrissent principalement de petits poissons pélagiques, de calmars et parfois de petits crustacés benthiques. Nageurs rapides, ils peuvent atteindre une vitesse variant entre 25 et 45 km/h. Dans le Saint-Laurent, leur présence dans l’estuaire est généralement exceptionnelle et de courte durée.

Des bosses à profusion

Les rorquals à bosse étaient de véritables vedettes dans le Saint-Laurent durant la dernière semaine. Plus d’une quinzaine d’individus a été comptabilisée dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Du côté de Gaspé, c’est une douzaine de rorquals à bosse qui circulent dans l’eau salée de la baie. Parfois seules, mais souvent à plusieurs, ces baleines développeraient-elles des affinités les unes avec les autres? Ou se retrouvent-elles simplement par hasard sur les mêmes sites d’alimentation? Peut-être un mélange des deux, selon une étude publiée par la Station de recherhce des îles Mingan (MICS). En fait, les rorquals à bosse semblent souvent s’associer à court terme sur les sites d’alimentation, pendant quelques heures, voire quelques jours. D’autres relations durent cependant plus longtemps, comme une femelle accompagnée de son veau ou encore un mâle avec une femelle non-lactante, pour la reproduction. Deux femelles non-lactantes peuvent également rester ensemble pendant toute une saison d’alimentation ou même plusieurs étés consécutifs. 

 

Il y a de ces lumières, quand la nuit prend fin et laisse sa place au soleil, quand le ciel se pare de mille couleurs et que les scintillements de l’eau n’en deviennent que plus magiques, qui enjolivent nos journées. Trois naturalistes du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) ont décidé d’écourter leur nuit de sommeil pour aller profiter d’un moment magique au bord du fleuve, à l’aube. « Samedi matin, vers 7h, nous avons eu la chance de voir, depuis le pont du traversier Escoumins-Trois-Pistoles : 3 rorquals à bosse, plusieurs marsouins communs, des phoques et un petit rorqual dans le soleil qui se levait. C’était magnifique! » 

Au belvédère St-Pancrace, situé à Baie-Comeau, un groupe de personnes admire le soleil levant, avant de s’aventurer sur un sentier jusque dans la baie. Elles y aperçoivent un phoque gris nageant parmi les cormorans.

Des vagues dans le fjord

Nous en parlions déjà dans l’article de la semaine dernière, mais les thons ont encore été vus en grand nombre dans l’estuaire! Un groupe d’entre 10 et 20 thons s’est même aventuré jusque dans l’embouchure du Saguenay, où certains individus sautaient complètement hors de l’eau. Pourquoi ont-ils ce comportement intrigant? Après tout, il est rare de voir des poissons de si grande taille depuis la berge! Il s’agirait en fait d’une technique d’alimentation. Ils rassemblent les bancs de proies à la surface et sautent pour les assommer. Depuis 2010, cette espèce semble de plus en plus investir les eaux du Saint-Laurent, et les scientifiques notent un déplacement vers le nord des animaux de grande taille.

La même journée, c’est une trentaine de bélugas qui remontent la rivière Saguenay avec la marée montante. Un rorqual à bosse a également fait une incursion dans l’embouchure, sans compter la présence d’un petit rorqual.

Entre rorquals communs, phoques et marsouins

La diversité bat son plein, un petit rorqual est observé du côté du parc national du Bic, un béluga solitaire qui se dirige vers l’Est est aperçu depuis Baie-des-Sables, en plus d’une centaine de phoques gris éparpillés dans l’estuaire. L’un de ces pinnipèdes a même été vu en pleine dégustation… d’un marsouin commun! Les phoques gris sont des prédateurs voraces, qui n’hésitent pas à s’attaquer à des phoques communs ou des marsouins pour se nourrir.

À Franquelin, une passionnée des mammifères marins partage son émerveillement lors d’une sortie sur l’eau. « J’ai pu voir trois ou quatre marsouins communs sortir des vagues brièvement. Trois phoques gris solitaires, assez fidèles à leur zone habituelle, avec leur regard fascinant et leur nez curieux, scrutaient les alentours… J’ai soudainement aperçu un souffle sur le retour, pour rapidement réaliser que c’était un gros petit rorqual qui se déplaçait rapidement d’ouest en est. J’ai pu voir quatre de ses souffles avant qu’il ne plonge, pour ne plus le revoir ensuite. Aussi, une masse de lançons qui s’agitait à la surface de l’eau, réagissant en effet domino dynamiquement! »

Où sont les baleines cette semaine? La carte des observations

Ces données ont été rapportées par notre réseau d’observatrices et observateurs. Elles donnent une idée de la présence des baleines et ne représentent pas du tout la répartition réelle des baleines dans le Saint-Laurent. À utiliser pour le plaisir!

Cliquez sur les icônes de baleine ou de phoque pour découvrir l’espèce, le nombre d’individus, des informations supplémentaires ou des photos de l’observation. Pour agrandir la carte, cliquez sur l’icône du coin supérieur droit. La carte fonctionne bien sur Chrome et Firefox, mais pas aussi bien sur Safari. Pour faire apparaitre la liste des observations, cliquez sur l’icône du coin supérieur gauche.
Observations de la semaine - 29/9/2023

Andréanne Forest

Andréanne Forest est rédactrice en chef de Baleines en direct depuis mai 2022. Après des études en environnement et en biologie, elle se tourne vers la communication scientifique dans l’objectif de rendre la science à la fois accessible et amusante. Andréanne souhaite mettre en lumière la démarche d’acquisition de connaissance tout en transmettant le désir d’apprendre.

Articles recommandés

Retour des baleines dans l’estuaire

Deux rorquals communs, quantité de bélugas, plusieurs petits rorquals, un rorqual à bosse… le décompte des baleines observées dans le…

|Observations de la semaine 18/4/2024

Les mammifères marins dans l’éclipse

Les bords du fleuve Saint-Laurent ont été bercés par des lumières de coucher de soleil lors de l’éclipse du 8…

|Observations de la semaine 11/4/2024

Des baleines d’avril

« Des rorquals communs aux Escoumins », commente une observatrice assidue, mais tout de même impressionnée : « Leurs souffles puissants…

|Observations de la semaine 4/4/2024