Voilà une question bien difficile à répondre! La « meilleure période » pour observer les cétacés dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent peut varier grandement d’une année à l’autre. On ne sait jamais ce que l’on va voir quand on part en croisière ou lorsque l’on fait de l’observation à partir du rivage; le Saint-Laurent est un milieu changeant, et il est difficile de prévoir quelles espèces on rencontrera quand on part à l’aventure sur ses eaux. Nous sommes à la merci de la nature et des allées et venues de ces animaux imprévisibles. C’est d’ailleurs ce qui différencie une rencontre en milieu naturel d’une visite au zoo!

Il faut d’abord savoir que la grande majorité des espèces de baleines qui fréquentent le Saint-Laurent sont migratrices, ce qui signifie qu’elles sont observées dans nos eaux du mois de mai à novembre environ. Les croisières débutent généralement à la fin mai et se terminent habituellement à la fin du mois d’octobre ou au plus tard, début novembre. Ainsi, les chances d’observer des mammifères marins dans la région l’hiver sont plutôt minces.

En général, plus l’été avance en juin et en juillet, plus on peut observer différentes espèces de baleines. Vous aurez probablement l’occasion de voir le petit rorqual, le rorqual commun et le rorqual à bosse. Rencontrerez-vous aussi des bélugas? Des marsouins communs? Le grand rorqual bleu? Serez-vous là pendant la visite éclair d’un cachalot ou d’un groupe de dauphins à flancs blancs? Peut-être repèrerez-vous des phoques ou des oiseaux marins. Une excursion sur le Saint-Laurent est toujours unique et riche de surprises! Les mois d’août, septembre et octobre sont généralement de bons mois. Les forts vents d’automne n’ont pas commencé et les brumes estivales se font rares.

© GREMM
Rorqual commun en alimentation de surface © GREMM

 Certains se demandent si les conditions de température, de vent et d’ensoleillement influencent le comportement des baleines; non puisque quelles que soient les conditions, celles-ci doivent venir respirer en surface. Par contre, ces mêmes conditions peuvent grandement influencer notre capacité à les repérer! Tendez l’oreille par temps de brume; le son est amplifié, on repère ainsi les mastodontes à leur puissant souffle. Il pleut? Couvrez-vous bien et restez positif: par temps gris, de belles observations d’alimentation de surface sont possibles. Il se peut que certaines conditions comme la marée, l’arrivée d’un grand banc de proies ou autre influencent aussi le comportement des baleines.

Pour être au courant de l’actualité sur les baleines du Saint-Laurent, suivez chaque semaine la rubrique des Observations de la semaine et pour bien préparer votre rencontre, lisez la section Conseils d’observation.

Les baleines en questions - 19/4/2016

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Comment faire pour travailler avec les baleines?

Dans quelques semaines, les scientifiques sillonneront le Saint-Laurent dans l’optique de mieux comprendre les baleines, leur environnement et les menaces…

|Les baleines en questions 1/5/2024

Que signifient les prouesses des rorquals à bosse?

Les rorquals à bosse sont particulièrement impressionnants à admirer : montrant la nageoire caudale en plongeant, sautant hors de l’eau…

|Les baleines en questions 29/2/2024

Pourquoi les rorquals à bosse interagissent parfois avec les algues?

Dans une immensité bleue et mouvante, une silhouette longue et élancée s’élève doucement à la surface de l’eau. Une traine…

|Les baleines en questions 9/1/2024