Contrairement aux rorquals communs et aux rorquals à bosse qui diversifient leur alimentation entre du poisson et des invertébrés comme le krill, les rorquals bleus ne se nourrissent pratiquement que de krill, un petit crustacé mesurant entre 2 et 5 cm.

L’estuaire du Saint-Laurent accueille principalement deux espèces d’euphausides, ou krill: Meganyctiphane norvegica et Thysanoessa raschii. Les deux espèces cohabitent tout en formant des agrégations relativement distinctes. T. raschii se trouve généralement plus près de la surface, ce qui fait peut-être de lui le préféré du rorqual bleu.

L’abondance, la densité et l’accessibilité des proies sont les «qualités» recherchées par les rorquals bleus aux besoins gargantuesques (une à trois tonnes par jour). Les conditions océanographiques du Saint-Laurent (courants de marées, bathymétrie et grands vents) favorisent de grandes agrégations de krill (lien vers la question précédente). Le rorqual bleu n’est pas la seule espèce marine à s’alimenter de krill: larves de poissons, amphipodes, oiseaux et autres mammifères y trouvent leur compte.

Jusqu’à maintenant, le Saint-Laurent a subvenu aux besoins alimentaires des rorquals bleus. L’alimentation spécifique du plus grand des rorquals et du plus grand animal terrestre fait de lui un bio-indicateur de la santé du fleuve et des services écologiques que celui-ci produit. Des modifications dans l’abondance et la fréquence des observations du rorqual bleu dans l’estuaire du Saint-Laurent pourraient indiquer certains changements au sein de l’écosystème.

Les baleines en questions - 1/10/2014

Camille Bégin Marchand

Camille Bégin Marchand a travaillé au GREMM de 2013 à 2018. Elle a commencé comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins, mais son intérêt pour l’écriture scientifique l’a menée à travailler comme rédactrice pour Baleines en direct. Passionnée par la biologie et amoureuse de la région, elle fait aussi une maitrise en sciences de la forêt en collaboration avec l’Observatoire d’Oiseaux de Tadoussac.

Articles recommandés

Les baleines font-elles preuve d’altruisme? (3/3) L’exemple des cétacés à l’état sauvage

Prendre soin d’individus malades, blessés ou morts - un comportement dit épimélétique – est une forme d’expression de l’empathie courante…

|Les baleines en questions 10/11/2022

Où en est la chasse à la baleine dans le monde ?

L’opinion publique semble de plus en plus concernée par l’avenir des baleines qui sont devenues, au fil du temps, un…

|Les baleines en questions 3/11/2022

Comment démystifier la taxonomie des baleines?

Par définition, la taxonomie est une science visant l’étude de la diversité du monde vivant. Pour ce faire, les différents…

|Les baleines en questions 3/11/2022