Quand les vagues s’apaisent

  • Pour se reposer, les phoques communs s'installent hors de l'eau. // To rest, harbour seals settle out of the water. © Renaud Pintiaux
    29 / 11 / 2018 Par Marie-Ève Muller

    Le cocktail météo des derniers jours n’a pas été propice à la contemplation du large. En plus des tempêtes de neige répétées formant un écran sur l’horizon, de grosses vagues sont venues lécher les côtes. Comment les vagues se forment-elles? Les vents forts et prolongés forment au large la houle, qui, en s’approchant des côtes, se transforme en vagues. La forme, la force et la hauteur des vagues varieront selon le vent et la topographie des fonds marins.

    Le 19 novembre, une observatrice note les souffles de trois rorquals à bosse devant chez elle à Cap-des-Rosiers. Depuis, pas de trace de baleines. Est-ce les conditions météos et la présence de la glace qui ont fait fuir les baleines?

    Depuis le 18 novembre, la balise posée par la Station de recherche des iles Mingan (MICS) et Pêches et Océans Canada sur le rorqual bleu B351 a cessé d’émettre des positions. La dernière donnée reçue plaçait l’animal non loin de la pointe sud-est de l’ile Anticosti. De nouvelles balises seront posées l’été prochain, dans l’espoir l’espoir qu’elles puissent fournir un tracé des déplacements des individus sur une plus longue durée.

    Du côté de Percé, tandis qu’elle déjeune, une observatrice repère par la fenêtre de sa cuisine un dos noir au large du rocher Percé. La tempête l’empêche de voir plus longtemps l’animal. Autour du quai, elle note la présence de canards marins et de magnifiques arlequins plongeurs.

    En randonnée au Bic, devant la baie des Ha Ha! dans le Bas-Saint-Laurent, des assistants de recherche du GREMM détectent un mouvement sur l’eau. Très vite, ils identifient un phoque commun qui nage non loin de la côte. La mer calme leur permet d’observer la petite tête ronde, le nez retroussé de l’animal et le pelage gris bleuâtre. Sur la plage du phare de Cap-des-Rosiers, en Gaspésie, des promeneurs remarquent aussi un phoque commun nageant paisiblement non loin de la côte. De nombreux oiseaux marins profitent aussi du temps calme pour se reposer.

    Un phoque commun sort la tête de l'eau

    Le phoque commun se reconnait par sa tête rappelant celle d’un chien. © Francis Paquet

    Le 25 novembre, la 26esaison de relevés visuels de l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac s’est terminée. Du haut des dunes de Tadoussac, le recenseur a eu droit à une observation inusitée pour terminer sa journée : un pygargue à tête blanche capturant une anguille! Durant ses semaines passées au promontoire, le recenseur a noté la présence de nombreux mammifères marins. Toutefois, depuis le début des grands froids, la présence des oiseaux marins tout comme celle des mammifères a décru. La plupart des migrateurs ont maintenant pris le chemin vers leurs quartiers d’hiver.

    Un aigle à tête blanche se tient sur un rocher, une anguille prise entre ses serres.

    Un pygargue à tête blanche a capturé une anguille au large des dunes de Tadoussac. © Jessé Roy-Drainville, Observatoire d’oiseaux de Tadoussac


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques et des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.