J’avais entendu dire que le Saint-Laurent est l’un des rares endroits où l’on peut observer le rorqual bleu, et ce même depuis la rive! Le 20 août, j’ai croisé pour la première fois l’un de ces géants. Des rumeurs de grands souffles aperçus au large par des capitaines m’avaient mis la puce à l’oreille. Toutefois, rien ne laissait présager cette rencontre, puisque toutes les sorties en mer sont de l’inattendu!

Le 20 août, en après-midi, nous quittons le quai des Escoumins. Après quelques minutes de navigation, nous apercevons au loin un rorqual bleu qui amorce sa plongée. Même si nous sommes à plus de 400 mètres de l’animal, j’aperçois sa coloration tachetée à travers l’objectif de l’appareil photo. Comme ce patron de coloration est unique à chaque animal, il est très utile aux chercheurs lorsque vient le temps de reconnaître un individu par la technique de photo-identification. J’essaie donc de prendre une photo, malgré la distance qui nous sépare. Nous avons par la suite tenté d’apparier l’animal au cours de la semaine, mais sans succès. Le rorqual bleu disparu sous la surface de l’eau, je suis encore sous le choc d’avoir vu ce mastodonte lorsqu’un deuxième souffle tout près de nous attire notre attention. C’est Gaspar, un rorqual à bosse, que je n’avais pas revu depuis bientôt une semaine.

Pour la première fois de l’été, j’ai eu le privilège d’observer et de photographier trois espèces de rorquals au cours de ma journée de travail, car celle-ci s’est conclue avec l’observation d’un rorqual commun au large de Tadoussac. La mer d’huile nous permettait même d’apercevoir en transparence la blancheur éclatante du côté droit de la mâchoire du rorqual commun.

Depuis le début de l’été, j’ai eu le privilège d’observer plusieurs baleines du Saint-Laurent dans leur milieu naturel. À chaque rencontre, je suis bouche bée devant ces animaux si fascinants, comme si c’était toujours ma première rencontre avec ces énormes bêtes.

DSC_0763Marie-Pier Poulin s’est jointe à l’équipe du GREMM cette année. Dans le cadre du programme de recensement photographique des grands rorquals du parc marin, elle recueille photos et données à bord des bateaux d’excursion. Elle partage aussi ces informations avec l’équipe de rédaction de Baleines en direct.

Carnet de terrain - 29/8/2015

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020