Par Célia Baratier

Dans le film d’animation de Pinocchio, le célèbre pantin se fait avaler par une baleine, puis vit dans son ventre pendant un certain temps, avant d’en ressortir. Mais dans la réalité, pourrions-nous nous faire avaler par un cétacé? Les chances, ou devrait-on dire, les risques que cela se produise sont quand même très faibles!

Se frayer un chemin parmi les fanons...

Les baleines à fanons mangent de petites proies, comme du plancton (krill et copépodes) ou des petits poissons, et la taille de leur œsophage y est adaptée.

Par exemple, si nous nous trouvions au beau milieu d’un banc de krill, effectivement, nous pourrions tenir dans la bouche d’un rorqual bleu — nous risquerions aussi de nous noyer dans cette piscine intérieure — mais nous n’irions pas plus loin! Même si celui-ci peut manger de 1 à 4 tonnes de petits crustacés par jour, l’œsophage d’un rorqual bleu mesure entre 15 et 25 cm. Ainsi, elle ne peut pas manger quelque chose de plus gros qu’un ballon de plage!

D’ailleurs, si cela nous arrivait de bloquer l’entrée de l’oesophage, la baleine ne s’étoufferait pas! Contrairement à nous, l’œsophage et la trachée ne sont pas reliés!

... Ou craquer sous les dents

D’autres baleines utilisent leurs dents pour attraper leurs proies; elles ne les mâchent pas, mais les avalent d’un trait. Souvent, ces baleines ne sont pas très grandes, de même pour leur œsophage. Bien sûr, on peut se questionner pour les épaulards et les cachalots.

Le cachalot, le plus grand des odontocètes, est capable de manger de grands calmars et pourrait donc avaler un humain, en théorie. Les épaulards sont capables de chasser et de manger des animaux plus grands qu’eux, mais nous ne faisons pas partie dans leur menu. De plus, encore une fois, ils ne pourraient pas nous avaler par erreur, mais pourraient nous déchiqueter en morceaux pour nous manger. À noter que, jusqu’à ce jour, aucune attaque dans le but de consommer de la chair humaine n’a été recensée, ni pour le cachalot, ni pour l’épaulard.

Pour finir digéré…

Mais continuons l’exploration. Déjà, nous avons peu de chances de nous retrouver dans un estomac de baleine en entier, mais en plus, nous ne survivrions pas longtemps. Tout d’abord, il n’y a pas d’air ni d’oxygène à l’intérieur des estomacs, nous ne pourrions donc pas respirer. En plus de cela, les baleines sont des carnivores, nous serions alors digérés par les enzymes dans leur estomac.

Nous avons quand même très peu de risques de nous faire manger par un cétacé. Un, parce que nous ne faisons pas partie de leur menu, et deux, parce que mécaniquement, nous aurions du mal à passer dans l’œsophage. Cela dit, ce n’est pas une raison pour s’approcher trop près de ces êtres impressionnants! Ils restent des animaux sauvages dont on ne peut pas prédire les mouvements et, de par leur taille, les conséquences peuvent être funestes, même si elles sont provoquées involontairement.

Pour en savoir plus

Les baleines en questions - 10/1/2019

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Quel est l’impact d’une collision sur la vie sociale d’un cétacé ?

Lorsqu'on évoque les impacts d'un accident entre un navire et un mammifère marin, on se concentre généralement sur les conséquences…

|Les baleines en questions 19/1/2021

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020