Cet article fait partie d’une série de portraits de gens impliqués de près ou de loin avec les baleines en Côte-Nord. Dans le cadre du projet de documentation de la Route des baleines du GREMM, partez à la rencontre de ces personnages colorés, qui définissent le visage de la région. Découvrez leurs récits qui vous ferons vivre ou revivre les histoires merveilleuses du fleuve Saint-Laurent et de ses géantes créatures marines! 

Jean-Louis Frenette a la Pointe-des-Monts tatouée sur le cœur. Il y observe le large depuis près de 50 ans, du haut de ses 80 ans! Professeur retraité et tenancier du Gite du phare de la Pointe-des-Monts, Jean-Louis est arrivé avec l’ouverture du cégep de Baie-Comeau. Il élabore un programme pour former des techniciens à la gestion des ressources fauniques à des fins récréatives et touristiques : la Technique d’aménagement cynégétique et halieutique. Jean-Louis quitte Lanaudière pour la Côte-Nord. Le cégep de Baie-Comeau offre encore exclusivement à ce jour cette technique qui forge encore le futur de milliers d’étudiants.

«En plus de cours de biologie appliquée, on y retrouve aussi un amalgame de connaissances en administration, en géomatique, en informatique, en gestion d’équipement de plein air et surtout, en organisation d’activités récréatives en milieu naturel», dit fièrement Jean-Louis Frenette.

«C’est vraiment le grand large à fleur de terre et il est tout à fait habituel d’y apercevoir le dos, parfois la queue des grandes baleines directement de la plage et d’y entendre le sifflement impressionnant de leur souffle» – Jean-Louis Frenette

Jean-Louis a la Pointe-des-Monts tatouée sur le cœur. Il y vit depuis près de 50 ans, du haut de ses 80 ans! À la fin des années 1960, il achète la maison de Madame Fafard, qu’il décrit comme sa deuxième mère.

Cet achat spontané et les longues vacances estivales du cégep lui permettent d’entamer une véritable carrière de pêcheur professionnel, en récupérant, à sa grande surprise, le permis de pêche qui venait avec la résidence!

Un feu vieux loup de mer de Baie-Trinité, Henri Tremblay, l’initie à la pêche au saumon maritime, puis à celles de la morue, du flétan, du hareng, des mollusques et même à la chasse aux phoques. Il apprend à découvrir le fleuve qu’il ne connaissait pas sous cet angle. Jean-Louis élève ses filles à la Pointe-des-Monts, qu’il initie à la pêche et à la rencontre des baleines dans le Saint-Laurent.

Avec les années passées sur le fleuve et grâce à ses filles, il comprend que les cétacés peuvent percevoir les émotions des humains et qu’ils perçoivent davantage les gens bien intentionnés.

Quand Jean-Louis raconte ses rencontres avec les grands cétacés, il s’anime. Il est convaincu de leur grande intelligence et de l’importance de leur conservation, contrairement aux anciennes croyances voulant que les baleines soient responsables du déclin de la morue dans le Saint-Laurent.

En récupérant la maison, Jean-Louis a aussi acquis un «lot de colonisation» qui lui permet de construire au fil des années de petits pavillons en bois rond pour accueillir des visiteurs. Il en construit d’abord deux, puis cinq, puis 10, pour finalement arriver à 18 unités en 2004. Ses petits chalets continuent d’accueillir les visiteurs!

Parallèlement à la pêche, Monsieur Frenette développe et mène pendant plusieurs années des excursions en mer pour observer les baleines, de la plongée sous-marine sur épaves et des activités de kayak, pour mettre en application son enseignement et pour faire découvrir le patrimoine historique du site, de même que son extraordinaire environnement naturel. «C’est vraiment le grand large à fleur de terre et il est tout à fait habituel d’y apercevoir le dos, parfois la queue des grandes baleines directement de la plage et d’y entendre le sifflement impressionnant de leur souffle», raconte-t-il.

Même s’il est retraité, Jean-Louis Frenette partage encore ses connaissances avec les élèves de la technique du cégep de Baie-Comeau. Il se fait un devoir de recevoir chaque promotion à Pointe-des-Monts et dans son musée, le «camp Ashini», la réplique d’un campement innu sur le site.

Son travail sur la Côte-Nord permet de laisser une trace bien vivante de l’histoire de la région. Le temps qui est selon lui bien relatif, et où les hasards ne sont que des formalités. Tant son enseignement que sa vie à la pointe marquent les gens. Des touristes reviennent chaque année, ne serait-ce que pour l’instant d’un café avec le charismatique professeur ou pour un coucher de soleil au son des souffles dans la magnifique baie. Parce que ni Jean-Louis, ni la Pointe-des-Monts ne laissent indifférents.

«Ceux-là comprendront que je m’y sois incrusté depuis tant d’années au point de refuser d’envisager le jour où il me faudra quitter les lieux… tout en reconnaissant qu’il faudra bien, éventuellement, lâcher prise. C’est une leçon que la vie m’a apprise et que je m’efforcerai de partager», conclut Monsieur Frenette.

Observations de la semaine - 31/10/2019

Anne-Marie Asselin

Anne-Marie Asselin a rejoint l’équipe de Baleines en direct comme rédactrice à l’été 2019. Avec une maitrise en environnement, gestion des océans et zones côtières, et un baccalauréat en écologie marine, c’est un honneur pour elle de pouvoir apprendre et partager les récits des mammifères marins et de l’écosystème du Saint-Laurent. Aussi fondatrice et rédactrice en chef de l’Organisation Bleue, elle croit que la communication environnementale et la vulgarisation scientifique sont essentielles à la protection de nos océans et de notre fleuve.

Articles recommandés

«La meilleure saison»

«Le début d’automne, c’est le plus beau moment de l’année pour les baleines!», décrète Renaud Pintiaux, qui observe les baleines…

|Observations de la semaine 24/9/2020

Dauphins d’automne

«Quoi? Des dauphins ici?», s’étonne une lectrice. Pour bien des gens, lorsqu’on parle de dauphin, l’image mentale qui apparait est…

|Observations de la semaine 17/9/2020

Troupeaux de baleines

Les souffles caverneux explosent l’un après l’autre, laissant six colonnes blanches et cylindriques s’estomper lentement. Un troupeau de rorquals communs…

|Observations de la semaine 10/9/2020