Zéblanc

Béluga

ligne décoration

Adopté par la Fondation Jean-Louis Lévesque

  • Numéro d’identification

    DL0033

  • Sexe

    Inconnu

  • Naissance

    Avant 1961

  • Connu depuis

    1988

Ses traits distinctifs

C’est par les entailles multiples dans sa crête dorsale que l’on reconnait Zéblanc. Sur le pédoncule au flanc gauche se trouve également une légère dépression.

Son histoire

Notre première rencontre avec Zéblanc remonte en 1977. Il était déjà un béluga adulte complètement blanc. Zéblanc serait donc né avant 1961.

Les données ne nous permettent pas pour l’instant de déterminer son sexe ni son aire de fréquentation pendant la saison estivale.

Même sans analyse génétique, lorsque nous avons plusieurs données sur un individu, il est possible de présumer son sexe. En effet, l’été on retrouve une forte ségrégation sexuelle chez les bélugas adultes. Les mâles et les femelles démontrent des préférences nettement marquées, autant dans leurs associations que dans les secteurs qu’ils fréquentent. Toutefois pour Zéblanc, le manque de données pour l’instant nous empêche d’identifier les secteurs qu’il fréquente.

Observé régulièrement avec...

Historique des observations dans l’estuaire

1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Années pendant lesquelles l’animal n’a pas été observé Années pendant lesquelles l’animal a été observé

Dernières nouvelles

Zéblanc est observé au large des Bergeronnes accompagné d’une vingtaine d’autres bélugas, pratiquement que des adultes. Le travail de recherche est complexe cette journée-là, les animaux se trouvent au cœur de la voie maritime et le passage des cargos et du bateau-pilote interrompt le contact avec les bélugas.

La dernière observation de Zéblanc remonte à une dizaine d’années. Que lui est-il arrivé? Est-il mort? Est-il demeuré invisible à l’œil du chercheur pendant tout ce temps? Chose certaine, son histoire demeure une source d’informations précieuses pour nos connaissances sur cette population fragile.

Le parrain

La Fondation Jean-Louis Lévesque a adopté Zéblanc (1988).