Sur les flots, les conditions clémentes des derniers jours ont permis l’observation de plusieurs mammifères marins, dont une espèce qui s’aventure rarement dans l’estuaire : le dauphin à nez blanc. Le narval fait une deuxième apparition en compagnie d’un groupe de bélugas, et des rorquals à bosse continuent de s’aventurer dans le Saguenay. En bref, des observations exceptionnelles de mammifères marins et un beau temps annonciateur de l’automne, que demander de plus?

Dauphins, narval et rorquals à bosse

Mardi le 6 septembre, et l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) est sur l’eau pour le programme de suivi en mer des grands rorquals. À la fin de la journée, à environ 3-4 milles marins au large des Ilets Boisés aux Escoumins, les membres de l’équipage ont l’occasion de faire l’observation d’un groupe de 8 dauphins à nez blanc. Si cette espèce de dauphin peut être confondue avec l’autre espèce présente dans le Saint-Laurent, le dauphin à flancs blancs de l’Atlantique, les deux sont pourtant bien différentes. Les dauphins à flancs blancs de l’Atlantique ont des marques blanches pointues et fines le long de leurs flancs qui sont remplacées par une marque jaune ocre qui va jusqu’à la nageoire caudale. Ils ont d’ailleurs été observés cette semaine dans la baie de Gaspé. Les dauphins à nez blanc, pour leur part, ont le bout du rostre blanc et le dos parcouru de zones blanches et gris clair.

C’est entouré d’une aura de mystère que le narval est observé pour une deuxième fois cette saison le 7 septembre, à proximité de l’ile Rouge.  «On l’a vu! Il était avec un groupe de gros bélugas, raconte une assistante de recherche du GREMM. J’ai eu l’occasion de prendre plusieurs photos. On voulait voir le narval, mais aussi les bélugas qui étaient autour, puisqu’on cherche à identifier avec quels individus il se promène.» Des bélugas ont été observés cette semaine dans le fjord du Saguenay, de pointe Noire à Baie-Sainte-Catherine jusqu’à la baie Sainte-Marguerite à Sacré-Cœur, un groupe de 15 dos blancs est remarqué aux Escoumins et trois individus ont été repérés devant Trois-Pistoles.

Des rorquals à bosse ont pu être observés dans le Saguenay cette semaine et c’est de la pointe de l’Islet à Tadoussac qu’une photographe animalière a l’occasion de capturer de magnifiques clichés. Au début, elle observe les souffles de deux rorquals à bosse avec la lumière dorée du coucher de soleil. «Un peu plus tard, je voyais les bosses fermer la gueule avec la lumière du clair de lune, c’était magique, raconte-t-elle. Je n’avais jamais vu ça. Je suis arrivée une heure en retard à la fête à laquelle j’avais prévu d’aller assister, mais ça en valait la peine.»

Deux rorquals à bosse dans le fjord du Saguenay
Deux rorquals à bosse ont été vus dans le fjord du Saguenay le 3 septembre. © Valérie Thériault-Deschênes
La nageoire caudale d'un rorqual à bosse au coucher du soleil
De nouveaux rorquals à bosse sont présents dans l’estuaire. Celui-ci se trouvait devant les Bergeronnes le 5 septembre. © Valérie Thériault-Deschênes

Ces cétacés sont aussi aperçus à plusieurs endroits sur la Côte-Nord, de Tadoussac jusqu’à l’archipel de Mingan et en Gaspésie. À Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine le 3 septembre, un observateur voit un individu qui montre ses nageoires pectorales et sa nageoire caudale avant de disparaitre à l’horizon. À Port-au-Persil, à Saint-Siméon, une habituée des mammifères marins a la chance de voir un rorqual à bosse : « il était à environ 10 mètres du bord du quai, c’était la première fois que j’en voyais un cet été, mais je ne m’y attendais pas à cet endroit! »

Poisson-lune, marsouins et rorqual commun

La visite d’un poisson-lune dans les eaux gaspésiennes, du côté des falaises de Forillon, s’inscrit dans une semaine d’observation remarquable pour un capitaine naturaliste de la baie de Gaspé. « C’est un poisson vraiment gros, avec des grosses nageoires indique-t-il. Il est vraiment lent et c’est plutôt rare de pouvoir en observer à la surface, ils ne viennent pas pour respirer comme les baleines, mais probablement plus pour s’alimenter, je pense.» Aussi appelée môle, cette espèce est le plus gros poisson osseux, certains individus peuvent même mesurer jusqu’à deux mètres de long et peser plus de 1000 kilos. « Il y a aussi eu des observations de rorquals à bosse à tous les jours, des marsouins communs et des dauphins, ajoute-t-il, pas de rorqual commun, ni de rorqual bleu.»

Les marsouins sont observés en grand nombre dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. Le 5 septembre, dans le coin d’Essipit, plusieurs marsouins nagent au large lorsqu’un rorqual commun remonte à la surface pour respirer. À Franquelin, une passionnée des mammifères marins exprime son enthousiasme : «des marsouins, petits rorquals, phoques gris et communs sont toujours présents. Et pour compléter le spectacle, un rorqual commun est aperçu en train de plonger à environ 1 km de la rive dans le soleil couchant.»

Les petits rorquals et les phoques toujours au rendez-vous un peu partout dans le Saint-Laurent. Le début de la migration des oiseaux, comme le rapporte l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac, entraine de l’action sur les côtes et l’observation de nombreuses espèces. Les rives du fleuve sont plus que jamais un endroit merveilleux pour profiter de la nature.

Carte des observations de la semaine

Ces données ont été rapportées par notre réseau d’observatrices et observateurs. Elles donnent une idée de la présence des baleines et ne représentent pas du tout la répartition réelle des baleines dans le Saint-Laurent. À utiliser pour le plaisir!

Cliquez sur les icônes de baleine ou de phoque pour découvrir l’espèce, le nombre d’individus, des informations supplémentaires ou des photos de l’observation. Pour agrandir la carte, cliquez sur l’icône du coin supérieur droit. La carte fonctionne bien sur Chrome et Firefox, mais pas aussi bien sur Safari.

Pour faire apparaitre la liste des observations, cliquez sur l’icône du coin supérieur gauche.

Vous souhaitez partager vos observations et contribuer à la science citoyenne ? Utilisez l’outil de saisie d’observation de mammifères marins.

Observations de la semaine - 8/9/2022

Andréanne Forest

Andréanne Forest est rédactrice en chef de Baleines en direct depuis mai 2022. Après des études en environnement et en biologie, elle se tourne vers la communication scientifique dans l’objectif de rendre la science à la fois accessible et amusante. Andréanne souhaite mettre en lumière la démarche d’acquisition de connaissance tout en transmettant le désir d’apprendre.

Articles recommandés

Un vent d’automne

Les navigateurs le savent, l’automne, les tempêtes produisent souvent des vents forts, provenant de l’est ou du nord-est. Si certains…

|Observations de la semaine 30/9/2022

Bosses, phoques et bélugas

Cette semaine, un peu partout dans le Saint-Laurent, les rorquals à bosse mènent le bal des observations, accompagnés d’autres espèces…

|Observations de la semaine 23/9/2022

Brouillard sur les flots

La dernière semaine aura été marquée par la présence de brouillard un peu partout sur le Saint-Laurent. Des Iles de…

|Observations de la semaine 15/9/2022