Oui! Plusieurs programmes de recherche à long terme sur les baleines du Saint-Laurent sont basés sur la photo-identification. Le MICS gère le catalogue central des rorquals à bosse et des rorquals bleus, en plus des rorquals communs du golfe; le GREMM gère la banque des rorquals communs de l’estuaire, le catalogue des cachalots et l’album de famille des bélugas; et le Centre ORES, celui des petits rorquals du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. Le principe est simple: chaque baleine est unique, et des photos de bonne qualité permettent de reconnaître les individus d’une fois à l’autre, retraçant ainsi leurs déplacements, leurs habitats, leurs associations et même, pour les femelles, la fréquence à laquelle elles se reproduisent.

Tous ces groupes de recherche planifient un effort d’échantillonnage qui permet, en plus de reconnaître des individus, de répondre à des questions précises sur la population ou le comportement des individus. Mais les photos des amateurs peuvent aussi fournir des informations précieuses: présents dans des lieux ou à des moments où les chercheurs ne sont pas sur l’eau, ils « capturent » parfois un animal qui n’a pas été vu depuis longtemps, ou documente sa présence très tôt ou très tard en saison.

Quelques exemples:
Au mois de mars dernier, les photos d’un passionné de baleines et d’oiseaux, prises à partir de la terre, ont permis de reconnaître le béluga Pascolio à l’entrée du fjord du Saguenay et le rorqual bleu B009 devant le cap de Bon Désir.
En août 2012, à Matane, un plaisancier a croqué le portrait du rorqual bleu Torishinto.
À l’automne 2011, le rorqual bleu B103 a été photographié à Gaspé par un amateur.

Donc, en effet, les photos de baleines des amateurs peuvent être très utiles! Cependant, pour bien distinguer les détails qui permettent de reconnaître chaque individu, il faut des photos de qualité, qui nécessitent parfois d’approcher les animaux. Ce type d’approche requiert un permis spécial. Comme amateur, il est donc important de ne pas se laisser entrainer par l’enthousiasme et de bien respecter les règles d’approche ou les codes de conduite en vigueur. Pas de photo à tout prix!

En savoir plus

Qui sont les rorquals communs de l’estuaire?

Les baleines en questions - 24/4/2013

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Les baleines font-elles preuve d’altruisme? (3/3) L’exemple des cétacés à l’état sauvage

Prendre soin d’individus malades, blessés ou morts - un comportement dit épimélétique – est une forme d’expression de l’empathie courante…

|Les baleines en questions 10/11/2022

Où en est la chasse à la baleine dans le monde ?

L’opinion publique semble de plus en plus concernée par l’avenir des baleines qui sont devenues, au fil du temps, un…

|Les baleines en questions 3/11/2022

Comment démystifier la taxonomie des baleines?

Par définition, la taxonomie est une science visant l’étude de la diversité du monde vivant. Pour ce faire, les différents…

|Les baleines en questions 3/11/2022