Les rorquals tardent à migrer

  • Queue de rorqual à bosse © GREMM
    16 / 11 / 2016 Par Josiane Cabana

    « Les baleines font la grève de la reproduction », blague une collaboratrice des Nouvelles du large à la suite de son observation de deux rorquals à bosse dans la baie de Gaspé le 10 novembre. Ne devraient-elles pas être reparties vers les Caraïbes pour se reproduire ou donner naissance? Les rorquals à bosse suivent ce patron de migration, mais, au sein d’une même population, il peut y avoir des individus qui migrent et d’autres qui ne le font pas. Ces baleines sont peut-être des individus non reproducteurs: juvéniles, mâles non « compétitifs » ou femelles non gestantes. Peut-être sont-elles aussi en train d’engouffrer leurs « derniers repas » dans le Saint-Laurent avant de le quitter pour une saison. Il faut donc profiter de ces observations tardives comme le souligne une autre collaboratrice de Gaspé qui nous écrit « qu’elle était aux anges » d’avoir aperçu elle aussi un rorqual à bosse dans la baie, et ce, aussi tard à l’automne (12 novembre). Le dessous de la queue de ce rorqual semblait entièrement noir. « Serait-ce Darkstar? Ou son baleineau H742? Les deux ont été observés dans la baie cet été. » Impossible de le confirmer comme aucune photo n’a pu être prise de ce cétacé qui évoluait paisiblement dans les eaux du golfe.

    Un petit rorqual en alimentation de surface © GREMM

    Un petit rorqual en alimentation de surface © GREMM

    Plus loin dans sa promenade dans le parc national Forillon, c’est un bouillon d’eau et la présence d’oiseaux marins qui a attiré son attention; « deux à trois petits rorquals s’alimentaient près de la surface, on pouvait les voir se déplacer en cercle pourchassant leurs proies! Je ne m’attendais vraiment pas à voir autant de baleines dans la baie aujourd’hui! » a-t-elle relaté.

    Dans le secteur de Franquelin, les petits rorquals sont aussi présents près de la côte. Deux rorquals à bosse ont aussi été vus le 2 novembre dernier, l’un sautant complètement hors de l’eau et l’autre frappant l’eau de sa nageoire caudale. Depuis, plus de grands rorquals dans ce secteur.

    Jeudi dernier, un observateur posté sur les dunes de Tadoussac mentionnait encore une forte présence de petits rorquals, en ajoutant « je n’ai pas remarqué de déclin de leurs nombres encore ». Quelques jours plus tôt, deux à trois grands souffles étaient aussi visibles du plateau sablonneux. Sans doute des rorquals communs.