Les rorquals à bosse ont-ils des amis?

  • Tic Tac Toe et Snowball ont été observées nageant côte à côte depuis dimanche dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. / Tic Tac Toe and Snowball are seen swimming side by side since Sunday in the Saguenay-St. Lawrence Marine Park. © Renaud Pintiaux
    04 / 07 / 2019 Par Jeanne Picher-Labrie - / /

    Depuis son arrivée dans le secteur du parc marin, Tic Tac Toe a été observée à de nombreuses reprises avec une autre femelle surnommée Snowball. À la fin de l’été dernier, c’est avec Gaspar que Tic Tac Toe passait tout son temps. Pourquoi observe-t-on des paires de femelles rorquals à bosse dans l’aire d’alimentation que constitue le Saint-Laurent ?

    En chassant en paires, les femelles rorquals à bosse mangeraient plus de poissons! En effet, à deux, elles pourraient plus facilement regrouper les proies et elles réduiraient la compétition pour la nourriture.

    Deux rorquals à bosse coopèrent en alimentation de surface. © Aleria Jensen, NOAA

    D’ailleurs, selon une étude sur les rorquals à bosse du golfe du Maine, une autre aire d’alimentation, les femelles gestantes auraient davantage tendance à s’associer durablement entre elles. Ainsi, elles bénéficieraient d’un plus grand apport énergétique en préparation à l’accouchement et à l’allaitement.

    Et pourquoi pas les mâles ?

    Les mâles pourraient profiter eux-aussi du compagnonnage pour s’alimenter. Toutefois, contrairement aux femelles, ils ne semblent pas coopérer de manière durable entre eux pour chasser. C’est peut-être parce qu’ils auront à entrer en compétition pour les femelles plus tard dans l’année !

    De nombreuses questions restent en suspens. Pourquoi seulement certaines femelles forment-elles des paires ? Et comment les baleines choisissent-elles leurs « ami(e)s » ?

    Pour en savoir plus

    Consultez l’article (1991) Mason T., W. Stable social associations among humpback whales (Megaptera novaeangliae) in the southern Gulf of Maine. (Canada). Canadian Journal of Zoology.


    Jeanne Picher-Labrie a rejoint l’équipe de Baleines en direct en 2019 et est maintenant naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins à Tadoussac. Étudiante au baccalauréat en biologie, elle est depuis toujours émerveillée par la nature. Elle en apprend chaque jour un peu plus sur les mammifères marins du Saint-Laurent et souhaite partager sa fascination grâce à la vulgarisation scientifique.