Les loups marins du Saint-Laurent

  • © GREMM
    14 / 08 / 2015 Par Marie-Sophie Giroux

    «Loup marin», il s’agirait d’une appellation ancienne pour les phoques, pointant vers une espèce en particulier selon les régions, et qui s’expliquerait entre autres par la ressemblance de leurs cris avec ceux des loups. À certains moments, en passant près des lieux où ils se rassemblent pour se reposer, comme à l’île Rouge ou l’île Blanche, il est possible d’entendre les cris puissants des phoques gris, de véritables hurlements; on se croit plongé en pleine forêt parmi les loups.

    Sur l’eau, il est difficile de manquer les grands rassemblements de phoques gris, dont seules les têtes, à l’imposant museau, sont visibles dressées hors de l’eau. Ces phoques sont massifs et les plus gros mâles peuvent atteindre un poids de 350 kg. De quoi intimider les phoques communs (dont le poids d’un mâle est d’environ 100 kg) avec qui ils partagent souvent les aires de repos sur les rochers ou les battures. Des phoques communs sont observés alors qu’ils se prélassent sur les rochers du fjord. Un jeune phoque commun surprend l’équipe du GREMM: il se trouve en plein cœur d’un troupeau de bélugas au large de l’île aux Basques.