« Tu vas voir, demain matin il va y avoir des rorquals à bosse aux Bergeronnes », me lance Renaud Pintiaux, observateur de longue date de Baleines en direct. Espoir fou, étant donné qu’une douzaine d’individus avaient été observés quelques jours plus tôt à Franquelin, ou prémonition? Quoi qu’il en soit, le lendemain matin, il y avait bel et bien des rorquals à bosse dans le secteur, mais si plusieurs kilomètres séparent les deux villes, pour les baleines, c’est presque la porte d’à côté!

Les déplacements des rorquals à bosse

C’est une douzaine de rorquals à bosse qui ont été observés à Franquelin pendant quelques jours. Selon un observateur assidu, les baleines étaient divisées en trois groupes de 3-4 individus. « On voyait clairement les souffles », raconte-t-il. « Il y avait quelques petits rorquals aussi. Voilà donc, des baleines à bosse, des petits rorquals et un résident me disait même qu’il croyait avoir vu un souffle de rorqual commun! »

C’est avec joie qu’une passionnée des baleines a pu admirer deux petits rorquals profitant de la fin de la marée montante pour s’alimenter près de la rive à Franquelin. Peu de temps après, elle remarque des séries de grands souffles plus au large, mais tout de même visibles à l’œil nu. « Ces souffles semblent être ceux de rorquals à bosse, potentiellement deux individus, en déplacement vers l’Ouest! »

C’est dans le brouillard, le matin du jeudi 27 avril, que des observateurs ont aperçu un premier gros souffle au large du quai de Tadoussac. Quelques heures plus tard, le naturaliste Renaud Pintiaux a repéré un rorqual à bosse au cap de Bon-Désir aux Bergeronnes. « J’étais là depuis trois heures et juste avant que je parte, j’ai entendu un souffle! Ensuite le brouillard s’est dégagé, j’ai ensuite pu l’observer et voir sa dorsale. C’était une grosse bosse, probablement en déplacement vers l’Est. » La matinée était riche en mammifères marins, puisqu’un groupe d’une trentaine de bélugas a aussi montré une multitude de dos blancs, sans compter l’observation du premier marsouin de la saison pour ce photographe animalier.

Ce n’est cependant pas la seule espèce de rorqual qui nageait dans les eaux salées de l’estuaire! Un petit rorqual a été repéré à plusieurs reprises. En début de semaine, le lundi 24 avril, c’est un rorqual commun qui nageait au large du cap de Bon-Désir. Il était assez loin au large, et c’est grâce à ses jumelles que Renaud Pintiaux a pu admirer ce géant. « Il prenait un souffle et partait pendant une douzaine de minutes, explique-t-il. Le même jour, une amie a photographié un rorqual commun à partir du quai de la traverse aux Escoumins, il était loin au large.» Dans la baie de Gaspé, c’est en réalisant un inventaire de hiboux au parc national de Forillon qu’un biologiste a vu des rorquals à bosse. Ce sont des souffles de baleines qu’il a entendus et non des hululements!

Des cétacés un peu partout, des pinnipèdes au rendez-vous

Les bélugas sont décidément installés dans l’estuaire, des groupes d’une trentaine d’individus ont été dénombrés à plusieurs reprises et ils semblent s’aventurer de plus en plus à l’Est.

Les dos blancs des bélugas ont été aperçus à de nombreuses reprises dans le secteur entre Tadoussac et Les Escoumins : un groupe de 20 nageant dans l’embouchure du Saguenay un bon matin, un solitaire qui remontait tranquillement le fjord ou encore des groupes qui circulent le long de la côte. Un individu bien particulier et facilement reconnaissable par la forme de son dos a été remarqué. Pourrait-il s’agir de Pascolio, un béluga avec une scoliose? Cela reste à confirmer.

À Rivière-Ouelle, c’est un groupe d’entre 7 et 10 bélugas qu’un observateur a pu contempler. De l’autre côté du fleuve, à Saint-Iréné, les premiers bélugas auraient été observés à quelques reprises, mais on attend toujours l’arrivée des capelans, qui coïncide généralement avec les observations régulières de baleines blanches.

Phoques communs et phoques gris étaient visibles depuis la côte nord de l’estuaire. Un phoque commun mange un poisson dans la baie de Tadoussac, un autre aux Bergeronnes affronte du regard un cormoran pour obtenir une place de choix au soleil sur un rocher et les phoques gris pointent le bout de leurs nez à plusieurs endroits.

Un phoque du Groenland, quelques marsouins et des petits rorquals peuplent le secteur de Sept-Îles. «Les petits rorquals arrivent toujours avec les macreuses!» remarque Jacques Gélineau, navigateur et observateur de mammifères marins.  Un rorqual bleu était aussi présent! En dehors de la baie, à environ 1 mile nautique au large, cet animal gigantesque circulait en toute tranquillité.

Partagez vos observations!

Vous avez observé des mammifères marins dans le fleuve Saint-Laurent? Qu’il s’agisse d’un souffle au large ou de quelques phoques, écrivez-nous et envoyez-nous vos photos à [email protected]!

Observations de la semaine - 27/4/2023

Andréanne Forest

Andréanne Forest est rédactrice en chef de Baleines en direct depuis mai 2022. Après des études en environnement et en biologie, elle se tourne vers la communication scientifique dans l’objectif de rendre la science à la fois accessible et amusante. Andréanne souhaite mettre en lumière la démarche d’acquisition de connaissance tout en transmettant le désir d’apprendre.

Articles recommandés

Bélugas parmi les couleurs et petits rorquals en action!

Cette semaine dans le Saint-Laurent, les vocalises de bélugas accompagnent les aurores boréales tandis que des petits rorquals attirent l’attention…

|Observations de la semaine 16/5/2024

Petits rorquals déguisés en épaulards

Du mouvement dans l’eau, entre les vagues qui éclaboussent, on voit des nageoires foncées qui s’agitent. On y reconnait sans…

|Observations de la semaine 10/5/2024
Béluga du Saint-Laurent

L’effervescence des baleines blanches

Des groupes de bélugas de plus en plus nombreux sont repérés dans l’estuaire, nageant parmi les petits rorquals qui reviennent…

|Observations de la semaine 2/5/2024