La tête pointue, le corps long et effilé s’élèvent vers le ciel comme une fusée puis retombent lourdement sur le côté. «En vingt ans, je n’avais jamais vu ça!», s’étonne un capitaine de croisières d’observations des baleines. Un saut de rorqual commun. Si les petits rorquals et les rorquals à bosse sont reconnus pour leurs prouesses à la surface, les rorquals communs ont la réputation de ne montrer que leur souffle puissant, leur long dos lisse et leur nageoire dorsale. Au large des Bergeronnes, le 5 aout, un rorqual commun a prouvé que cette espèce aussi peut se propulser à la surface et «breacher». En 2016 aussi, un rorqual commun effectuant des sauts avait été observé dans le secteur du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. Pour réussir à effectuer une telle prouesse, le rorqual commun doit probablement utiliser la puissance maximale de sa queue pour vaincre la résistance de l’eau et sortir à toute vitesse à la verticale.

«À croire qu’elles se donnent en spectacle!», s’exclame un plaisancier de Pointe-des-Monts. Le 6 aout, deux rorquals à bosse nagent au large en synchronie. Un troisième se trouve plus au large. Autour, de nombreux marsouins nagent par petits bonds et cinq à six petits rorquals se trouvent dans le secteur. Soudain, les rorquals à bosse commencent à sortir leur queue et à les claquer, à montrer leurs nageoires pectorales, à faire gicler l’eau! À environ 5 kilomètres du phare de Pointe-des-Monts, le plaisancier assiste aux acrobaties des baleines avec admiration et une pointe de peur. Les puissantes nageoires de ces animaux créent de gros remous. Puis, les baleines disparaissent. «On est rentré tout de suite après, même si nous n’avons été sur l’eau que 20 minutes. On était comblé», s’exclame-t-il.

D’autres plaisanciers ont eu droit à un spectacle de la nature le 4 aout. Lors d’une sortie d’initiation à la voile à l’embouchure du Saguenay, ils repèrent au large les dos blancs et quelques dos gris de bélugas. Ils maintiennent un cap pour éviter de se retrouver dans le chemin des baleines blanches et conserver une distance de 400 mètres. Cela demande quelques ajustements à l’itinéraire, mais permet de s’assurer de laisser suffisamment d’espace aux bélugas pour qu’ils puissent poursuivre leurs activités sans embuche. Au retour, dans la baie Sainte-Catherine, des immenses éclaboussures attirent leur attention : un petit rorqual en plein saut! L’animal effectue une trentaine de bonds, sortant parfois presque l’entièreté de son corps.

Les comportements aériens sont souvent associés aux jeunes baleines. Dany Zbinden, directeur scientifique du Mériscope, note d’ailleurs la présence de nombreux petits rorquals juvéniles âgés d’un à deux ans dans le secteur du parc marin. Est-ce pour autant seulement les jeunes qui sautent? Non, des adultes effectuent aussi ces prouesses étonnantes.

Le festival du marsouin

Le plus petit des cétacés du Saint-Laurent, le marsouin commun, revient dans pratiquement toutes les observations ces jours-ci. Entre L’Anse-à-Beau-fils et Percé, dans la baie de Gaspé, devant Les Escoumins, dans la baie des Anglais à Baie-Comeau, la grande nageoire dorsale triangulaire des marsouins communs apparait à peine une seconde avant de disparaitre à nouveau. Les observer demande donc d’être alerte. Lorsqu’ils chassent, les marsouins peuvent effectuer des mouvements en cercle qui serviraient à regrouper leurs proies et ainsi faciliter leur capture.

Voici la carte des observations! Elle donne une idée des observations reçues par notre équipe, et non pas de la présence réelle des baleines. Vous faites une observation? N’hésitez pas à m’écrire.

Observations de la semaine - 31/8/2019

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

Le narval toujours présent dans le Saint-Laurent

Un dos moucheté contraste avec la blancheur des bélugas nageant devant le site d’observation terrestre Pointe-Noire, à Baie-Sainte-Catherine, le 4…

|Observations de la semaine 5/8/2020

Affluence en Gaspésie et dans l’estuaire

Des dauphins à flancs blancs par centaine, des rorquals communs en groupe de dix, des rorquals à bosse exubérants : les…

|Observations de la semaine 30/7/2020

Entendre les baleines

Avez-vous déjà entendu un petit rorqual s’alimenter en surface? Quel vacarme! On entend d’abord un souffle puissant et presque simultanément…

|Observations de la semaine 23/7/2020