Le 3 mai dernier, la carcasse d’une jeune rorqual à bosse s’échoue à Godbout. Suite aux prélèvements utiles pour la recherche, la carcasse de la baleine a été récupérée par le Centre d’interprétation des mammifères marins à Tadoussac (CIMM). Après un dépeçage en temps record dans le lieu d’enfouissement technique de Ragueneau, l’équipe du CIMM a laissé la nature travailler 22 jours avant de commencer une nouvelle étape : le nettoyage du squelette.

Le rorqual à bosse de Godbout est maintenant bel et bien rendu à la Ferme 5 étoiles de Sacré-Cœur. Ce partenaire de longue date est toujours présent pour collaborer au succès de ces aventures que sont le nettoyage et la préparation d’un squelette dans le but d’en faire une pièce muséale!

La période de dégel empêchait le rapatriement des ossements de Ragueneau jusqu’au site actuel où s’effectueront les prochaines opérations. Avec la permission du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Luttre contre les changements climatiques et de la régie municipale de Ragueneau, le squelette a poursuivi sa macération 22 jours dans un conteneur.

En ouvrant le conteneur, Patrice Corbeil, directeur du CIMM et Pierre Olsen ont pu constater que les insectes avaient effectué un travail remarquable de nettoyage. Des milliers d’insectes et d’asticots se sont régalés de la chair du rorqual.

Avec une bonne bouffée d’air et un cœur solide, Pierre et Patrice ont disposé les ossements au soleil. D’ici deux semaines, une autre équipe ira effectuer une cure de nettoyage supplémentaire. La préparation des os pour une conservation à long terme demande de longues heures de travail et d’attente. En effet, les os de baleines contiennent énormément de gras et celui-ci doit être complètement enlevé du squelette pour éviter qu’il ne pourrisse.

En attendant le grand moment de l’accrochage au CIMM, voici une vidéo du montage d’un squelette de rorqual à bosse au musée du Center for Coastal Studies de Provincetown, Maine. Ce rorqual connu sous le nom de Spinnaker est mort en 2015 des suites d’un empêtrement avec un engin de pêche. Au cours de ses 11 ans de vie, Spinnaker s’est empêtrée trois fois et a été libéré chaque fois par le Center for Coastal Studies. L’accrochage du squelette permettra de sensibiliser le public aux impacts des activités humaines sur les baleines. Pour ce qui est du rorqual à bosse de Godbout, la cause du décès reste inconnue.

Carnet de terrain - 2/6/2017

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

Travail d’équipe pour la protection des baleines

La protection du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent relève d’un travail d’équipe. La recherche permet de connaître les enjeux liés au…

|Carnet de terrain 13/10/2022

Récupération d’une carcasse de Dauphin à flancs blancs à Rimouski

Lundi, le 5 septembre en début d’après-midi, la centrale d’appels du Réseau québécois d’Urgences Mammifères Marins reçoit un signalement concernant…

|Carnet de terrain 11/10/2022

Les yeux rivés sur les bélugas

Chaque été, depuis 2003, l’équipe de Parcs Canada scrute le paysage marin de la baie Sainte-Marguerite pour dénombrer les bélugas…

|Carnet de terrain 6/10/2022