Cette vidéo a fait le tour du monde sur les réseaux sociaux. Et pour cause. Quel émerveillement de voir le monde à travers les yeux d’un jeune rorqual à bosse, d’observer la douceur des contacts entre la mère et son petit, et surtout d’assister de si près à l’allaitement d’une baleine! Mais derrière la magie que véhiculent ces images, il y a aussi un protocole de recherche visant à mieux comprendre les comportements d’allaitement des rorquals à bosse.

Documenter une période critique

Le projet porte spécifiquement sur les populations de rorquals à bosse du Pacifique Nord. Chaque année, en hiver, près de dix mille rorquals à bosse se retrouvent dans les eaux chaudes et relativement abritées d’Hawaii pour y mettre bas. Pendant environ trois mois, les mères baleines à bosse allaitent leurs petits sans se nourrir elles-mêmes. Pour cela, elles comptent entièrement sur les réserves énergétiques accumulées pendant l’été dans leurs zones d’alimentation. À la fin de l’hiver, les veaux devront être suffisamment vigoureux pour suivre leur mère dans leur migration vers les eaux froides remplies de krill ou de petits poissons, en Colombie-Britannique, en Alaska ou en Russie.

La période de mise bas est donc un moment particulièrement critique dans la vie d’un rorqual à bosse. La survie de la mère comme du petit dépendent d’un grand nombre de facteurs, et notamment du bon déroulement de l’allaitement. Pour pouvoir documenter et quantifier cet allaitement, qui se passe sous la surface de l’eau, à l’abri des regards, une équipe de chercheurs du Marine Mammal Research Program (MMRP) de l’Université d’Hawaii a équipé sept veaux rorquals à bosse d’une balise à ventouse de type «CATs Cam», munie d’une caméra.

Non invasives, ces balises se posent depuis un bateau grâce à une perche télescopique. Elles restent fixées entre 5 et 24 heures, puis se détachent d’elles-mêmes avant d’être récupérées en mer par l’équipe de recherche ou des opérateurs d’écotourisme locaux. Grâce à ces balises et à des vues aériennes prises par des drones, de nombreuses informations ont été récoltées comme la fréquence et la durée des allaitements, la vitesse et la durée des déplacements, les mouvements respiratoires, etc. La caméra, elle, nous a offert une plongée dans l’intimité des baleines, révélant des comportements maternels délicats rarement observés de si près.

L’analyse des données s’échelonnera sur plusieurs mois, voire années, avant de tirer tout le potentiel de ce qui est enregistré par les balises. En plus d’augmenter les connaissances sur la relation mère-veaux, les études pourraient aussi permettre de mieux cibler les mesures de protection des baleines à une période où elles sont particulièrement vulnérables.

Actualité - 13/5/2020

Laure Marandet

Laure Marandet est rédactrice pour le GREMM depuis l'hiver 2020. Persuadée que la conservation des espèces passe par une meilleure connaissance du grand public, elle pratique avec passion la vulgarisation scientifique depuis plus de 15 ans. Ses armes: une double formation de biologiste et de journaliste, une insatiable curiosité, un amour d'enfant pour le monde animal, et la patience nécessaire pour ciseler des textes à la fois clairs et précis.

Articles recommandés

Consultation publique sur le bruit marin: exprimez-vous!

Le ministère des Pêches et des Océans du Canada organise une consultation publique relative à l’impact des bruits dans les…

|Actualité 20/10/2020

Hybride rorqual commun-rorqual bleu: un nouvel enjeu pour la conservation ?

L’existence des hybrides issus du croisement entre les deux plus gros animaux du monde — soit le rorqual commun et…

|Actualité 28/9/2020

Semaine de la culture scientifique: la biodiversité à célébrer!

Avez-vous pris récemment quelques minutes pour observer un coin de verdure dans votre quartier? Si vous tentiez de compter les…

|Actualité 22/9/2020