«Cré-moé, cré-moé pas, quelque part en Alaska, y a un phoque qui s’ennuie en maudit…» Cette semaine, en écrivant cette chronique des observations de la semaine, je ne peux m’empêcher d’avoir en tête la chanson de Beau Dommage. Il faut dire que les phoques sont omniprésents, le long des rives du Saint-Laurent et dans la bouche de nos observateurs.

Au cours des derniers jours de décembre, de nombreux phoques étaient visibles au centre-ville de Gaspé, nonchalamment installés sur les glaces de la rivière York. Une dizaine de phoques communs étaient également présents à Pointe-Saint-Pierre. Les observateurs rapportent aussi quelques pinnipèdes dans la baie de l’anse aux Cousins, à l’échouerie de Petit-Gaspé et sur les roches de l’anse Pleureuse. Deux rorquals à bosse sont enfin venus faire le tour de la baie de Gaspé, et ont été aperçus notamment le 27 et le 31 décembre.

Phoques dans la baie de Gaspé le 30 dec 2021 ©Diane Ostiguy
Phoques dans la baie de Gaspé le 30 dec 2021 ©Diane Ostiguy
Phoque commun dans la baie de Gaspé fin décembre 2021 ©Laetitia Desbordes
Phoque commun dans la baie de Gaspé fin décembre 2021 ©Laetitia Desbordes

Un ballon sur le nez

Drôle de rencontre le lendemain de Noël à Pointe-aux-Outardes : un énorme phoque à capuchon se repose sur la plage. Pouvant atteindre deux mètres de long, le phoque à capuchon pèse entre 150 et 300kg. Autant dire que sa présence ne passe pas inaperçue. Cette espèce, plus rare dans la région que le phoque gris, le phoque commun et le phoque du Groenland, fait toutefois partie des visiteurs réguliers de l’estuaire du Saint-Laurent. Son nom lui vient du bulbe présent sur le haut de sa tête, que les mâles peuvent gonfler, formant ainsi une sorte de gros ballon de la taille de leur tête.

Toujours dans le secteur de Pointe-aux-Outardes, de nombreux phoques du Groenland et quelques phoques communs profitent aussi du calme des rivages ces dernières semaines. Rappelons qu’il est normal pour les phoques de passer du temps sur la terre ferme et qu’il est important de leur laisser tout l’espace nécessaire pour se reposer sans dérangement.

L’occasion de montrer la différence de morphologie et de coloration entre ces trois espèces:

Sauter en l’air le jour de Noël

Malgré l’apparition progressive d’une couche de glace dans l’estuaire du Saint-Laurent, quelques rorquals à bosse y nagent encore, s’offrant en spectacle aux rares riverains qui scrutent la surface de l’eau. Le jour de Noël, une observatrice s’émerveille : «Face à la station de pilotage des Escoumins, une baleine à bosse a bondi hors de l’eau à deux reprises avant de plonger. Je l’ai revue trois fois… elle nous souhaitait à sa manière Joyeux Noël!». Quelques jours plus tard, le 27 puis le 29 décembre, deux rorquals à bosse apparaissent dans la lumière rasante du matin face aux Bergeronnes.

Au large de Franquelin, c’est le défilé ! Quelques grands souffles sont aperçus le jour de Noël. «Après quelques jours de bons vents et de grosses vagues, on se demandait si nous allions revoir des baleines. Et oui!», souligne une observatrice. Deux jours plus tard, celle-ci s’enthousiasme de nouveau : « Ce matin encore, tout près juste en face de notre demeure, deux belles grosses baleines à bosse qui allaient et revenaient, probablement parce qu’il y avait de quoi les intéresser.» Mardi 4 janvier, on nous signale même une dizaine de rorquals à bosse dans le secteur, ainsi que trois petits rorquals.

«Il y a encore plusieurs petits rorquals qui patrouillent le long des côtes », souligne un observateur, qui en recense aussi devant Rivière-au-Tonnerre et Longue-Pointe-de-Mingan.

Surprise, surprise, il semble que même des dauphins à flancs blancs soient toujours présents dans le fleuve. Ils auraient été aperçus par plusieurs personnes entre Noël et le jour de l’An, descendant le courant à Franquelin et Godbout. «Ce matin, le fleuve est calme, aucun mouton à l’horizon, raconte notre observatrice. Et tout à coup un phénomène nous apparait. Nous croyons que c’est un banc de dauphins : ils allaient à une grande vitesse en marsouinant, mais ils n’ont jamais fait de bond hors de l’eau.» Vision rare en cette saison, mais les cétacés ont ce don de toujours nous surprendre!

Pour terminer cette première chronique de l’année, toute l’équipe de Baleines en direct se joint à moi pour vous souhaiter une très belle année 2022! Cette année encore, nous tâcherons de vous raconter chaque semaine ce qui se passe dans les eaux du Saint-Laurent. Merci à nos observateurs et observatrices pour leur dévouement et à vous, nos lecteurs et lectrices, pour votre fidélité!

Vous avez les yeux sur l’eau? Devenez observateur ou observatrice pour Baleines en direct!

Afin de continuer à alimenter notre chronique hebdomadaire des Observations de la Semaine, nous avons besoin de recruter de nouveaux observateurs et observatrices bénévoles, qui pourront nous raconter chaque semaine leurs rencontres avec des mammifères marins. Nous recherchons particulièrement des personnes basées dans le Bas-Saint-Laurent et au nord de Sept-Îles. Intéressé(e)? Envoyez-nous un petit courriel à [email protected].

Observations de la semaine - 6/1/2022

Laure Marandet

Laure Marandet est rédactrice pour le GREMM depuis l'hiver 2020. Persuadée que la conservation des espèces passe par une meilleure connaissance du grand public, elle pratique avec passion la vulgarisation scientifique depuis plus de 15 ans. Ses armes: une double formation de biologiste et de journaliste, une insatiable curiosité, un amour d'enfant pour le monde animal, et la patience nécessaire pour ciseler des textes à la fois clairs et précis.

Articles recommandés

Des géants sous la glace

Que de glace à perte de vue sur le fleuve! Sur cette banquise, qui s’étend sur plus d’un kilomètre en…

|Observations de la semaine 27/1/2022

Le vent dans les poils

Vois-tu ce que je vois? À travers le vent glacial, les bourrasques de neige et les banquises qui se forment…

|Observations de la semaine 20/1/2022

Sur la banquise

Une vague de froid polaire a déferlé sur le Québec cette semaine, amenant avec elle des vents mordants, une brume…

|Observations de la semaine 13/1/2022