Être entouré de rorquals bleus comme dans un rêve… par René Roy

  • © René Roy (archive de 2015)
    21 / 08 / 2015 Par René Roy

    Je sors tout juste d’un rêve…

    Un rêve dans lequel j’assistais à un bal avec les géants. Une vingtaine de géants bleus dansaient sur l’eau autour de moi. Ils soufflaient de hautes colonnes de vapeur de dix mètres de haut comme pour se faire repérer ou me saluer.

    Rorquals bleu - 12Le bruit sourd produit par la puissance de leur souffle me coupait le mien. Ils étaient «invités» par Dame nature qui leur offrait un festin, 200 mètres sous la surface de l’eau et leur faisait parvenir par un courant ascendant. Un banquet auquel les jeunes n’étaient pas invités. Une communauté de plus d’une vingtaine de géants bleus qui semblaient bien se connaître.

    Rorquals bleu - 7Des mâles, des femelles, des nerveux, des rapides, des calmes, des tailles de géant différentes avec chacun leurs particularités physiques et leur comportement. Ils interagissaient entre eux en ne se souciant que très peu de l’observateur que j’étais, tous concentrés sur leurs congénères et le festin qui leur était offert.  La majorité de ces géants ne m’étaient pas inconnus, mais je n’avais jamais eu la chance de les rencontrer aussi nombreux. Qui sait, peut-être fêtaient-ils le retour d’un des leurs après un long voyage.

     

    Réveil
    Je viens d’arriver chez moi. Je me frotte les yeux. Ma caméra me prouve que c’était bien réel, qu’ils étaient bien là, ces rorquals bleus présents au large de L’Anse-à-Valleau pendant deux journées consécutives la semaine dernière. Me sachant présent en Gaspésie, le spécialiste Richard Sears du MICS m’avait informé qu’une concentration de rorquals bleus pouvait s’y trouver. Profitant d’une journée de pluie, je transportais mon bateau du secteur sud (L’Anse-à-Beaufils) au secteur nord gaspésien.

    Rorquals bleu - 9Plus d’une vingtaine de ces rorquals bleus, dans un alignement d’une quinzaine de milles de long, à peine trois milles nautiques de la côte, s’y trouvaient en face de Pointe-à-la-Renommée. Ce secteur semble être un endroit de prédilection pour eux. J’avais déjà eu la chance, en 2006 et en 2007, d’en observer plusieurs sur quelques jours dans ce même secteur. Une belle falaise sous-marine s’y trouve sur laquelle la nourriture s’entasse et remonte en surface avec les courants et les marées. Un moment magique! J’observais jusqu’à neuf grands souffles simultanément autour de moi. J’ai eu la très grande chance d’être au bon endroit, au bon moment, avec le bon équipement et la bonne fenêtre météo. C’est qu’il en faut de la chance et des conditions réunies pour rejoindre ces magnifiques animaux dans leur milieu et sans rendez-vous. Quel privilège de pouvoir photographier B105 parmi tous ces animaux, ce rorqual bleu qui a été observé sur la côte nord du St-Laurent en 1984, aux Açores l’an dernier, soit trente ans plus tard, et maintenant de retour dans le golfe du Saint-Laurent. Ces mastodontes ont un territoire à l’échelle océanique expliquant en partie la difficulté de les étudier.

     

     

    Photos: © René Roy

     

    RenéRené Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des îles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.