En observant une baleine sur l’eau, l’un de nos lecteurs s’est interrogé sur la composition du gigantesque jet propulsé dans les airs lorsqu’un cétacé revient à la surface. À première vue, on pourrait croire à un puissant jet d’eau. Cependant, il s’agit plutôt d’un mélange d’air chaud et de vapeur d’eau.

Une illusion impressionnante!

En expirant l’air de leurs poumons, les baleines produisent un souffle que l’on peut parfois apercevoir à des kilomètres. Toutefois, ceux qui y voient de l’eau n’ont pas complètement tort. Lorsque les baleines inspirent, l’air qui entre dans leurs poumons se réchauffe et atteint près de 37°C, leur température interne. En expirant, cet air chaud entre soudainement en contact avec le milieu extérieur plus froid. Ce changement de température provoque la condensation de l’humidité présente dans leur souffle et dans l’environnement en particules d’eau liquide, ce qui forme un nuage. Il s’agit du même phénomène qui se produit que lorsque nous sortons à l’extérieur en hiver et que notre souffle est visible.

Comment respirent les baleines?

Les baleines respirent par un ou des évents (l’équivalent de nos narines) qui se trouvent sur le haut de leur corps, une position judicieuse qui leur permet de respirer en sortant à peine leur corps de l’eau. Les baleines à fanons possèdent deux évents tandis que les baleines à dents en ont seulement un, le deuxième évent s’étant modifié afin de servir à l’écholocalisation. Lorsque les cétacés sont en plongée, les évents sont maintenus clos par des bouchons fibreux. Pour respirer, les baleines doivent consciemment contracter leurs muscles afin de les ouvrir. À chaque expiration, les baleines remplacent autour de 90% de leur air. À titre comparatif, ce chiffre se situe plutôt aux alentours de 10-15% chez les humains!

Le souffle pour identifier les baleines

Le souffle des plus petits cétacés, tels que les dauphins, marsouins, épaulards, bélugas et petits rorquals est difficile à observer sur l’eau. Par contre, on voit très bien le souffle des grandes baleines. Sa forme permet même de distinguer les différentes espèces!

rorqual bleu
Le rorqual bleu produit une immense colonne pouvant atteindre plus de 6 mètres. © René Roy
cachalot
Le cachalot souffle vers la gauche dans un angle de 45 degrés. © GREMM
rorqual à bosse
Le souffle d’un rorqual à bosse est en forme de ballon, c’est-à-dire qu’il est presque aussi large que haut. © GREMM
Les baleines en questions - 16/7/2020

Sarah Boureghda

Sarah Boureghda a rejoint l'équipe de Baleines en direct à l'été 2020 en tant que naturaliste-rédactrice. Étudiante en biologie et en création littéraire, elle se passionne par tout ce qui touche à la nature et à l'environnement. Elle a à cœur de sensibiliser la population aux enjeux qui concernent la survie des populations de mammifères marins.

Articles recommandés

Quel est l’impact d’une collision sur la vie sociale d’un cétacé ?

Lorsqu'on évoque les impacts d'un accident entre un navire et un mammifère marin, on se concentre généralement sur les conséquences…

|Les baleines en questions 19/1/2021

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020