Épaulards résidents du Sud : Annonce de nouvelles mesures

  • Les épaulards résidents du Sud sont un écotype d'épaulards mangeurs de poissons trouvés dans les eaux côtières de l'île de Vancouver et de l'État de Washington. © NOAA
    Les épaulards résidents du Sud sont un écotype d'épaulards mangeurs de poissons trouvés dans les eaux côtières de l'île de Vancouver et de l'État de Washington. © NOAA
    14 / 11 / 2018 Par Jasspreet Sahib -

    Le 31 octobre 2018, le gouvernement du Canada a annoncé de nouvelles mesures visant à protéger les épaulards résidents du Sud en péril.

    Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Sean Fraser, secrétaire parlementaire du ministre de l’Environnement et du Changement climatique, et Marc Garneau, ministre des Transports, ont annoncé une liste de mesures visant à protéger davantage cette espèce, ainsi qu’une allocation de 61,4 millions de dollars pour leur mise en œuvre

    Il existe trois écotypes d’épaulards distincts sur les plans génétique, acoustique et culturel dans les eaux côtières de la Colombie-Britannique, à savoir : les épaulards résidents mangeurs de poissons, les épaulards de Bigg mangeurs de mammifères marins, et les épaulards océaniques mangeurs de requins. L’écotype résident est lui-même divisé en résidents du Sud et résidents du Nord, chacune de ces populations possédant sa propre niche géographique.

    Que sont les épaulards résidants du Sud ?

    Comme leurs homologues du Nord, les épaulards résidents du Sud mangent du poisson, le saumon quinnat constituant plus de 85 % de leur alimentation. Initialement touchés par la perte d’au moins 46 individus victimes de la pêche de capture d’animaux vivants entre 1964 et 1973, les épaulards résidents du Sud sont maintenant aux prises avec la disponibilité réduite de leurs proies et d’autres menaces de nature anthropique. En conséquence, cette population a été réduite à 74 individus en septembre 2018 suite au décès de J-50, aussi connue sous le nom de Scarlet.

     

    La mer des Salish est un habitat essentiel pour les épaulards résidents du Sud. Celle-ci est principalement constituée du détroit de Juan de Fuca, du détroit de Haro, du détroit de Géorgie et de Puget Sound, faisant de la protection et du rétablissement des épaulards résidents du Sud un effort et une responsabilité communs entre le Canada et les États-Unis. © Google Maps

    La mer des Salish est un habitat essentiel pour les épaulards résidents du Sud. Celle-ci est principalement constituée du détroit de Juan de Fuca, du détroit de Haro, du détroit de Géorgie et de Puget Sound, faisant de la protection et du rétablissement des épaulards résidents du Sud un effort et une responsabilité communs entre le Canada et les États-Unis. © Google Maps

    « En améliorant l’accès à la nourriture, en réduisant le bruit des navires et en s’attaquant aux principaux contaminants préoccupants, le gouvernement du Canada prend des mesures pour protéger les épaulards résidents du Sud et permettre leur rétablissement. », explique Jonathan Wilkinson dans un communiqué de presse.

    Nouvelles mesures

    Ces mesures comprennent l’identification et la protection de nouvelles zones dans la mer des Salish, le financement du programme Ocean Wise Research pour son système de signalisation WhaleReport Alert System destiné à alerter les plus gros navires de la présence de baleines dans la région et l’avancement des travaux de faisabilité nécessaires à l’établissement de sanctuaires des épaulards résidents du Sud dans la mer des Salish. Des efforts supplémentaires incluent la protection et la reconstitution des stocks de saumon quinnat. Le gouvernement espère également réduire le bruit sous-marin en élargissant les mesures actuelles de ralentissement des navires, en officialisant les mesures volontaires existantes, en élaborant et en mettant en œuvre des plans de gestion du bruit. D’importants investissements seront également consentis pour renforcer le contrôle réglementaire de cinq polluants organiques qui affectent les épaulards résidents du Sud.

    C’est ce qui a été fait

    Avant la prise de ces mesures, le gouvernement du Canada avait d’abord annoncé le Plan de protection des océans (PPO) du Canada en novembre 2016 pour gérer les menaces pesant sur trois espèces de baleines en péril au Canada : les épaulards résidents du Sud, les baleines noires de l’Atlantique Nord et les bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent. En plus de cela, le gouvernement a introduit une « Initiative de protection des baleines » de 167 millions de dollars dans le cadre du budget 2018. Cette initiative s’accompagne également d’une surveillance aérienne accrue et d’une application de la loi plus poussée sur l’eau.

    Bien que ces nouvelles mesures soient très attendues, le gouvernement du Canada a acquis de manière contradictoire le pipeline Kinder-Morgan existant au mois de mai de cette année et a planifié l’expansion du pipeline Trans Mountain. Ce projet ajoute une autre menace à la survie des épaulards résidents du Sud. Peu de temps après, Écojustice a obtenu gain de cause contre le gouvernement du Canada. Le 30 août 2018, la Cour fédérale a conclu que l’approbation du projet par le gouvernement était non conforme à la loi canadienne et était en conflit avec la responsabilité de protéger les épaulards résidents du Sud qui lui incombe en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

    Dans une annonce faite le 3 octobre 2018, le gouvernement fédéral a choisi de ne pas faire appel de la décision du tribunal.

    Source:

    Le gouvernement du Canada prend des mesures supplémentaires pour protéger les épaulards résidents du Sud


    Après avoir passé l’été avec des baleines sur la côte ouest du Canada, Jasspreet Sahib est heureuse de se joindre à l’équipe du GREMM cet automne comme stagiaire en rédaction par l’entremise du programme du Corps de conservation canadien. Elle a fait des études en biologie marine et en journalisme à l’Université Dalhousie et adore partager sa passion pour les mammifères marins et la communication scientifique avec les lecteurs de Baleines en direct.