Dans le documentaire The Loneliest Whale : The search for 52, un groupe de scientifiques part à la recherche d’un rorqual considéré solitaire parce qu’il chante différemment de tous les autres. Le film, qui s’annonce centré sur l’histoire de cette baleine singulière, s’avère finalement un plaidoyer pour l’importance des fascinants récits de baleines pour sensibiliser la population aux défis que rencontrent ces géantes des mers.

La baleine 52, une histoire de solitude

Jamais observée, cette baleine est connue uniquement par ses chants, qui résonnent à une fréquence de 52 hertz. Cette fréquence ne correspond aux vocalises d’aucun grand rorqual connu. Normalement, les rorquals bleus ont des vocalises plus graves, se situant autour de 10 à 39 hertz. La baleine 52 est-elle donc capable de communiquer avec d’autres individus, ou souffre-t-elle plutôt de solitude, lançant des appels au milieu de l’océan, sans jamais obtenir de réponse?

Cette potentielle solitude a grandement touché le public et inspiré de nombreux artistes depuis sa découverte en 1989. C’est ce que met en lumière le documentaire, alors qu’il présente l’historique des découvertes entourant la baleine 52.

Cette baleine pourrait-elle ressentir de la tristesse? Cette question est explorée en détail dans le film. Baleines en direct s’est justement intéressé aux émotions des baleines dernièrement!

Parler d’une baleine pour parler de toutes les autres

«When people care, they can change the world», déclare le biologiste Roger Payne dans le documentaire. Ce scientifique étasunien a découvert, en 1967, que les sons émis par les rorquals à bosse s’apparentent à des chansons. Selon lui, si on n’avait pas entendu les baleines chanter, jamais on ne les aurait sauvées. Ainsi, le documentaire présente l’attachement de l’humain à une espèce animale comme une étape essentielle à sa protection. C’est pourquoi la découverte de la fascinante baleine 52 est montrée comme un moment fort dans l’histoire de la sensibilisation à l’importance de protéger les baleines et leur écosystème.

En fait, tout au long du documentaire, l’histoire de la baleine 52 apparait parfois comme un prétexte pour parler des baleines et des menaces qui pèsent sur elles. Lorsque les scientifiques expliquent comment fonctionnent l’émission de sons et le sens de l’audition chez les baleines, c’est aussi une occasion pour eux de présenter les impacts de la pollution sonore sur l’écosystème.

Les scientifiques sous les projecteurs

Le documentaire donne la parole à de nombreux chercheurs et chercheuses et montre leur travail pendant l’expédition en mer à la recherche de la baleine 52. Parmi ses points positifs, le film illustre les aléas du travail des scientifiques avec les baleines, les bonnes journées comme les moins bonnes.

Toutefois, les propos des scientifiques auraient parfois mérité un plus grand effort de vulgarisation. Les liens entre leurs observations en mer, les données récoltées et les conclusions avancées sont à l’occasion difficiles à comprendre. L’alternance entre des segments filmés pendant l’expédition et des segments basés sur des images historiques est peut-être en cause dans cette confusion.

Néanmoins, les aspects historiques intégrés dans le documentaire ont beaucoup plu à l’équipe de Baleines en direct! On vous recommande de vous plonger dans le documentaire et de suivre scientifiques et cinéastes sur les traces de la baleine 52.

Actualité - 14/7/2021

Jeanne Picher-Labrie

Jeanne Picher-Labrie a rejoint l’équipe du GREMM en 2019 comme rédactrice à Baleines en direct et naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins. Baccalauréat en biologie et formation en journalisme scientifique en poche, elle est de retour en 2021 pour raconter de nouvelles histoires de baleines. En se plongeant dans les études scientifiques, elle tente d’en apprendre toujours plus sur la mystérieuse vie des cétacés.

Articles recommandés

Le projet « Fenêtre sur les bélugas » reçoit une aide de 600 000$ du gouvernement du Québec

Le lundi 15 novembre 2021 à 14h30, se tenait à Cacouna une conférence de presse soulignant le soutien financier du…

|Actualité 12/11/2021

Les baleines noires de l’Atlantique Nord, ces réfugiées climatiques

Les baleines noires de l’Atlantique Nord, qui ne comptent plus qu’environ 350 individus sur la planète, se trouvent présentement en…

|Actualité 8/11/2021

Le menu des rorquals communs change avec le climat

Capables de chasser et de se nourrir d’un nombre varié de proies allant du zooplancton aux poissons, les rorquals communs…

|Actualité 1/11/2021