Les moteurs du NGCC Amundsen, le brise-glace de la Garde côtière canadienne, vibrent sous les pieds des chercheurs et chercheuses provenant d’une douzaine d’institutions scientifiques et universitaires. Parti de Québec le 28 février dernier, l’équipage récolte une myriade de données pour peaufiner les connaissances sur le fonctionnement de l’écosystème du Saint-Laurent en hiver. Cette troisième mission permettra à la soixantaine de scientifiques de prélever des sédiments, du plancton, des plaques de glace et de l’eau à différentes profondeurs.

Le ciel se teinte de rose le 7 mars, au large de Marsoui, en Gaspésie. Un photographe documentant la mission repère un dos au loin, naviguant entre les glaces morcelées. Il empoigne son appareil photo et immortalise le moment. Lorsqu’il transmet deux photos à l’équipe de Baleines en direct, il découvre un deuxième dos qu’il n’avait pas aperçu sur le moment. Sans le savoir, il a photographié deux rorquals bleus!

Un des deux individus photographiés est nettement plus petit que l’autre. Est-ce une paire mère-veau? Peu de choses sont connues de la reproduction des rorquals bleus. Les recherches tendent à montrer que la mise bas aurait lieu de dix à douze mois après la fécondation, à la fin de l’automne ou durant l’hiver. L’allaitement pourrait durer jusqu’à sept mois.

L’équipage à bord du NGCC Amundsen a aussi croisé un autre cétacé, cette fois le 2 mars, dans la baie de Mille-Vaches, entre Les Escoumins et Portneuf-sur-Mer. Alors que l’équipage allait mettre à l’eau du matériel de récolte de sédiments, un béluga s’est approché du bateau. Conformément au permis de recherche du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, l’équipage a attendu que le béluga reparte par lui-même avant de poursuivre leur échantillonnage.

Ailleurs dans le Saint-Laurent, ce sont surtout des phoques qui sont repérés. 52 exactement sont dénombrés dans la baie de Gaspé le 7 mars par une ornithologue. À travers sa longue vue, elle les admire tandis qu’ils se reposent. Autour de Tadoussac, des phoques seuls sont observés à quelques reprises.

Observations de la semaine - 12/3/2020

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

L’immensité fragile des rorquals bleus

Plus gros animal sur la Terre, plus gros encore que le plus gros dinosaure, le rorqual bleu impressionne par sa…

|Observations de la semaine 13/8/2020

Le narval toujours présent dans le Saint-Laurent

Un dos moucheté contraste avec la blancheur des bélugas nageant devant le site d’observation terrestre Pointe-Noire, à Baie-Sainte-Catherine, le 4…

|Observations de la semaine 5/8/2020

Affluence en Gaspésie et dans l’estuaire

Des dauphins à flancs blancs par centaine, des rorquals communs en groupe de dix, des rorquals à bosse exubérants : les…

|Observations de la semaine 30/7/2020