Des semaines et des observations qui ne se ressemblent pas…

  • Globicéphales noirs © Maxime St-Amour (archive)
    07 / 09 / 2015 Par Marie-Sophie Giroux

    Un environnement dynamique

    C’est connu les baleines viennent dans le Saint-Laurent pour manger. Oublions le buffet bien garni et disponible en tout temps, il s’agit plutôt d’un territoire de chasse sujet aux changements de courants et de température. Les proies (zooplancton et petits poissons pélagiques) dérivent ou nagent au gré des courants. D’une semaine à l’autre, d’une journée à l’autre et même d’heure en heure, ils changent de secteur et de profondeur et, à leur poursuite, les baleines tentent de les trouver. Le portrait des observations est donc bien différent d’une semaine à l’autre tel que le soulignent plusieurs collaborateurs des Nouvelles du large.

    Un chercheur de l’équipe de la Station de recherche des Îles Mingan (MICS) soupçonne que les animaux se sont déplacés vers l’ouest cette semaine en direction de l’île d’Anticosti. Au large de Longue-Pointe-de-Mingan, où se trouve la station de recherche du MICS, une vingtaine de rorquals communs demeurent présents ainsi qu’une dizaine de petits rorquals et de marsouins communs. Les rorquals à bosse semblent avoir quitté le secteur.

    En Gaspésie, Richard Sears, directeur et fondateur du MICS, souligne que les rorquals bleus se sont dirigés vers le large (environ à 10 milles nautiques de la côte). Près de 12 rorquals bleus ont été dénombrés cette semaine entre L’Anse-à-Valleau et Cloridorme.

    Dans l’estuaire, un rorqual commun est observé près des côtes de Charlevoix en face de Cacouna le 4 septembre. La même journée, depuis le belvédère du Centre de découverte du milieu marin (CDMM) aux Escoumins, les observateurs suivent simultanément les mouvements d’une dizaine de petits rorquals qui s’alimentent près des rochers.

     

    Et des observations inattendues

    Au large de Cloridorme, une trentaine de globicéphales noirs de l’Atlantique se mêlaient à un groupe d’une centaine de dauphins à flancs blancs. Ces deux espèces de delphinidés chassaient probablement ensemble. L’équipe du MICS présente les photos de cette rencontre sur sa page Facebook. Les dauphins à flancs blancs se nourrissent principalement de petits poissons pélagiques, de calmars et parfois de petits crustacés benthiques. Le globicéphale noir s’alimente essentiellement de calmars et de maquereaux qu’il trouve dans la colonne d’eau. Occasionnellement, il mange des crevettes et d’autres espèces de poissons (morue, plie). Le dauphin à flancs blancs est un visiteur régulier du Saint-Laurent. Les observations de globicéphales sont plus occasionnelles et on les trouve particulièrement près de la péninsule gaspésienne et de la côte est de Terre-Neuve.

    Et finalement, non pas une baleine noire, mais deux se trouvent cette semaine en Minganie! Alors que Phantom parcourt toujours ces eaux, un second individu, de plus petite taille, a été aperçu aussi par l’équipe du MICS. Possiblement un baleineau né en 2012 soupçonne les chercheurs du New England Aquarium, mais cela reste à confirmer.