Des points blancs en mer et des flèches immaculées dans les airs

  • Plongeon du fou de Bassan / Diving northern gannet © Robert Houde
    26 / 04 / 2018 Par Marie-Sophie Giroux

    Béluga observé à La Malbaie le 22 avril 2018. © Andrée Francoeur

    Des lointains points blancs repérés chaque matin à l’embouchure du Saguenay à l’observation rapprochée de bélugas près du quai de La Malbaie le 22 avril, les mentions de bélugas se multiplient cette semaine. Le petit groupe de trois individus vu à quelques mètres de l’infrastructure du quai de La Malbaie n’est pas le seul localisé dans la région de Charlevoix. Une dizaine d’autres individus sont aussi remarqués par la même observatrice le 22 avril et plus tôt dans la semaine, elle découvrait d’autres troupeaux ici et là. Des rassemblements de bélugas sont aussi mentionnés dans les régions de Saint-Irénée (Charlevoix) et des Escoumins (Haute-Côte-Nord).

    Le 24 avril, à l’embouchure du Saguenay, un employé du GREMM épie un béluga qui passe de longues minutes à la surface de l’eau. Que fait-il? Il dort. Pour nous, observateurs, la baleine somnolente semble inanimée, elle flotte à la surface de l’eau, sa respiration est à peine perceptible et ses mouvements sont lents.

    Le 21 et 22 avril, un observateur découvre des bélugas aux Escoumins. Les baleines sont littéralement encerclées de «flèches» blanches qui s’élancent dans les eaux du Saint-Laurent. Ces flèches sont des fous de Bassan. Chasseurs émérites, ils s’immergent sous l’eau après avoir réalisé un piqué vertigineux à grande vitesse (entre 70 et 110 km/h) pour attraper leurs proies repérées quelques instants plus tôt du haut des airs. Des fous de Bassan sont aussi remarqués à Baie-des-Sables (Gaspésie). À cette période de l’année, ces majestueux oiseaux font route depuis la côte sud-est des États-Unis pour venir nicher dans les iles et dans les caps de Terre-Neuve et du golfe du Saint-Laurent.

    La faune aviaire abonde aussi dans le secteur de Sept-Îles, nous renseigne Jacques Gélineau, collaborateur de l’INREST. Dans la même région, la chercheuse Anik Boileau, directrice du Centre d’éducation et de recherche de Sept-Îles (CERSI), mentionne trois petits rorquals au large de la plage Ferguson et des souffles de grands rorquals à Moisie le 21 et 22 avril. Parions que d’autres mentions de rorquals seront annoncées prochainement dans nos Nouvelles du large : les premières croisières s’amorcent dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent dès la prochaine fin de semaine.


    Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle aime raconter « des histoires de baleines ».