Des calculs qui pourraient contribuer à sauver des baleines prises dans des engins de pêche

  • 03 / 07 / 2015 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    Selon une récente étude, des chercheurs ont fait parler des squelettes et des carcasses de baleines de toutes tailles pour obtenir des mesures de parties de leur corps. Avec ces données et des modèles de calculs, ils ont désormais une idée de leur force maximale. De quoi concevoir des mailles de filets, des cordages et des liens pouvant se briser quand elles tentent de s’en libérer.

    Les résultats de l’étude menée par l’équipe de la University of North Carolina Wilmington sont parus dans la revue Marine Mammal Science, le 5 mai 2015. Pour réaliser une estimation de la force de propulsion maximale que des baleines peuvent développer avec leur nageoire caudale (appelée communément la queue), des biologistes marins ont effectué des mesures sur des dizaines de squelettes de diverses espèces de baleines qui se trouvent dans les musées et sur des carcasses. C’est en effet avec cette nageoire, qui bouge de haut en bas, que ces mammifères marins peuvent nager, les nageoires pectorales servant plutôt à l’équilibre du corps et à la direction.

    Les chercheurs ont commencé à faire leurs calculs à partir des mesures de la taille des cétacés, de leurs vertèbres et des sections de leurs muscles sollicités par les mouvements de nage. Ces mesures ont été faites sur des dauphins jusqu’aux plus grandes baleines, comme les baleines franches et les cachalots. Ils ont aussi mesuré la force musculaire de dauphins vivants, mis en situation de tirer et pousser, et appliqué ces ratios sur d’autres espèces.

    Aux résultats de leur étude les scientifiques apportent leurs commentaires. Selon une idée très répandue, les grandes baleines sont perçues comme étant les animaux les plus forts et les plus puissants de la planète. En fait, elles ont surtout de la force dans les muscles axiaux de leur queue, mais cette force n’étant pas infinie, elles ne sont pas capables de briser tous les types de cordages ou de mailles. C’est une mort lente et douloureuse pour les baleines rendues prisonnières dans les engins de pêche. Pour les espèces en voie de disparition, les empêtrements représentent une menace qui freine les efforts de conservation déployés pour que leurs populations augmentent. Selon un des aspects surprenants de cette étude, les grandes baleines s’avèrent moins puissantes que les  dauphins, toutes proportions de leurs tailles étant prises en compte.

    Sources

    Sur le site de Smithsonian Science News(en anglais seulement):

    New study may help free whales from fishing rope entanglement

    Sur le site de la Wiley Online Library (en anglais seulement):

    Estimating maximal force output of cetaceans using axial locomotor muscle morphology

    Pour en savoir plus

    Sur le site de Take part (en anglais seulement):

    The Cost of a Crab Dinner: Dead whales

    Sur le site d’ABC News (en anglais seulement):

    Humpback whale numbers increasing as conservation practices take effect; tourism benefiting

    Sur le site du Los Angeles Times (en anglais seulement):

    A record number of West Coast whales were entangled in crab fishing gear

    Sur le site de MauiTime (en anglais seulement):

    Humpback Whale National Marine Sanctuary has freed a lot of entangled whales

    Sur le site du Press and Journal (en anglais seulement):

    Humpback Whale dies caught-up in ropes off north-east coast

    Sur le site de Baleines en direct:

    Prises accidentelles dans les engins de pêche

    Prises accidentelles (archives des Actualités d’ici et d’ailleurs)

    Crédit photo : © Christine Gilliet