Une équipe de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) repère, lors d’un survol aérien le 7 août, plus d’une vingtaine de baleines noires de l’Atlantique Nord à 35 milles nautiques au sud-est de l’entrée de la baie des Chaleurs, dans le golfe du Saint-Laurent. D’autres espèces sont également recensées: 24 rorquals communs, 6 petits rorquals, 65 marsouins communs et 4 requins pèlerins. Le lendemain, l’équipe de chercheurs américains retourne dans les airs et met le cap vers l’agrégation de baleines vue la veille, où encore une fois, une vingtaine de ces grandes baleines sont dénombrées. Il s’agit d’une observation intéressante pour cette espèce considérée en voie de disparition.

Depuis deux ans, une équipe de la NOAA survole les eaux canadiennes pour suivre les baleines noires dans une partie de leur habitat d’été, et cette année, ils se sont joints au New England Aquarium, à l’Université Dalhousie et à Pêches et Océans Canada pour survoler ces eaux pendant environ quatre semaines pour caractériser l’habitat de cette population et pour poursuivre un suivi à long terme. L’équipe prévoit couvrir la baie de Shédiac, au sud-est du Nouveau-Brunswick, et le secteur des Îles-de-la-Madeleine dans les prochains jours. Une carte des observations de baleines noires est disponible sur le site de la NOAA.

La population de baleines noires de l’Atlantique Nord compte environ 500 individus après avoir été menée au bord de l’extinction par une chasse commerciale intensive. Depuis l’arrêt de cette chasse, les collisions avec les navires et les prises accidentelles dans des engins de pêche la menacent. Les baleines noires migrent jusque vers les eaux canadiennes de la baie de Fundy, le golfe du Saint-Laurent et le plateau néo-écossais, pour s’alimenter l’été. On les trouve aussi dans le golfe du Maine et le secteur de Cape Cod. D’octobre à avril, les baleines noires migrent vers le sud, le long de la côte est des États-Unis pour rejoindre les aires de mise bas hivernale au large de la Floride et de la Géorgie. Au Canada, ces baleines noires figurent sur la liste des espèces en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) et font l’objet d’un programme de rétablissement. Elle figure aussi sur la Liste des espèces en danger de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et du Endangered Species Act américain.

Observations de la semaine - 11/8/2015

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Dauphins d’automne

«Quoi? Des dauphins ici?», s’étonne une lectrice. Pour bien des gens, lorsqu’on parle de dauphin, l’image mentale qui apparait est…

|Observations de la semaine 17/9/2020

Troupeaux de baleines

Les souffles caverneux explosent l’un après l’autre, laissant six colonnes blanches et cylindriques s’estomper lentement. Un troupeau de rorquals communs…

|Observations de la semaine 10/9/2020

Grands voyageurs et grands dormeurs

L’été, êtes-vous du genre à toujours retourner au même camping, au même chalet, année après année ou êtes-vous plutôt nomade,…

|Observations de la semaine 3/9/2020