De bonnes nouvelles pour le carnet rose 2014 des bélugas

  • Marguerite et son veau
    © GREMM
    27 / 08 / 2014 Par Équipe du Bleuvet

    Le Bleuvet est un bateau du GREMM. Il est dédié au programme de recherche à long terme sur les bélugas du Saint-Laurent.


    Boursouffle de nouveau avec son veau, et sa fille Marguerite, elle aussi avec un nouveau-né. Ainsi, la mère et la fille sont mères en même temps.

    La semaine dernière, nous avons passé trois journées sur le terrain avec les bélugas (lundi, jeudi et vendredi), avec de belles conditions météo. Le Bleuvet est sorti les cinq jours de la semaine, les deux autres journées ayant été consacrées au projet de suivi télémétrique des grands rorquals.

    La première bonne nouvelle: on a revu Boursouffle avec son veau à ses côtés. On se souvient du du 11 août: l’équipe du BpJam, qui l’avait vue seule pendant toute la durée d’un contact, se demandait où était passé son nouveau-né. Nous sommes bien contents de les voir réunis. Cela arrive parfois qu’un veau soit pris en charge par une ou d’autres femelles, des tantes en quelque sorte. Ce qui nous confirme qu’avant de dire qu’il s’agit d’une mère et de son veau, il est nécessaire de s’assurer qu’on les voit plusieurs fois ensemble pendant un contact et même à plusieurs reprises lors des contacts suivants.

    La deuxième bonne nouvelle: Marguerite a été vue avec un veau. Et Marguerite, c’est la fille de Boursouffle, née en 2005 et qui a neuf ans cette année. Non seulement nous sommes donc en présence de trois générations de bélugas dont nous avons établi la filiation, mais nous voyons en même temps la grand-mère et la fille avec chacune un nouveau-né.

    Pour les bélugas, la période des naissances, qui a commencé environ à la mi-juin, va bientôt se terminer d’ici la fin du mois d’août. Et nous sommes à une étape de la saison d’observation où nous avons l’impression que l’année 2014 semble une bonne année pour les naissances des bélugas. Nous avons couvert tous les secteurs de la section centrale de l’aire de répartition estivale des bélugas, et nous avons réalisé 59 contacts jusqu’à maintenant, pendant cette saison (un contact dure environ trois heures). À chaque fois qu’on approche d’un troupeau qui pourrait contenir des veaux, c’est-à-dire des troupeaux de femelles ou des groupes mixtes (femelles et mâles) avec des jeunes gris, nous trouvons deux ou trois veaux. Soyons bien clairs, ce n’est pas un bilan de saison, mais c’est l’impression qui reste en nous après ces journées passées sur le terrain.

    Présents à bord: Michel Moisan et Renaud Pintiaux ou Tim Perrero, selon les journées.