Possiblement qu’à l’instar d’autres espèces de mammifères ou des oiseaux, l’heure du départ des baleines pour la migration est liée au système hormonal (la mélatonine principalement), qui lui, est régulé par le changement des conditions climatiques (la durée du jour, un apport d’eau douce important, etc.). Toutefois, d’autres facteurs peuvent aussi intervenir, comme la disponibilité de nourriture et la formation de glace. Certains individus feraient même fi de ces signaux pour étirer leur saison d’alimentation comme certains grands rorquals vus dans le Saint-Laurent l’hiver.

Se nourrissant très peu lors des migrations et dans les zones de reproduction, les baleines ont des adaptations pour survivre au jeûne en emmagasinant des réserves de gras qu’elles accumulent tout au long de leur saison d’alimentation. Aussi, elles sont dotées d’une épaisse couche de graisse qui limite les variations de température, leur permettant de tolérer une eau passant d’environ 25°C aux tropiques à 5°C et moins selon les secteurs d’alimentation.

Comment les baleines retrouvent-elles leur chemin? Plusieurs hypothèses sont avancées. S’orientent-elles grâce aux astres? Se fient-elles aux courants dominants? Perçoivent-elles les variations dans le champ magnétique terrestre? Utilisent-elles les sons de basses fréquences pour percevoir les reliefs sous-marins? Goûtent-elles les masses d’eau pour retracer l’embouchure d’un fleuve ou la limite d’une banquise? Mais même si de nombreuses découvertes ont été faites sur les baleines, le mystère reste entier; aucune théorie à l’heure actuelle n’est capable d’expliquer cette étonnante précision qu’ont les baleines pour se diriger dans les océans.

Une autre question qui demeure non élucidée est celle de la destination de certaines baleines. La destination des rorquals à bosse de l’Atlantique Nord-Ouest, par exemple, est bien connue: les Caraïbes! Mais où vont les rorquals communs du Saint-Laurent l’hiver? Une étude américaine basée sur la détection des sons a montré que les rorquals communs sont distribués dans l’ensemble de l’Atlantique Nord et ce, toute l’année, et les troupeaux semblent effectuer des courtes migrations vers des latitudes plus basses, sans jamais créer de gros rassemblements. Ainsi, les rorquals communs que l’on observe l’été dans le Saint-Laurent passent l’hiver… quelque part dans l’Atlantique, probablement un peu plus au sud! Et les rorquals bleus? Le suivi acoustique a révélé qu’ils se disperseraient depuis les Grands Bancs de Terre-Neuve jusqu’aux Bermudes, en plus de certains individus qui seraient dans le Saint-Laurent en plein hiver.

Pour en savoir plus:

La migration

Les baleines en questions - 5/11/2013

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Quel est l’impact d’une collision sur la vie sociale d’un cétacé ?

Lorsqu'on évoque les impacts d'un accident entre un navire et un mammifère marin, on se concentre généralement sur les conséquences…

|Les baleines en questions 19/1/2021

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020