« C’est parti! »

  • © GREMM
    © GREMM
    08 / 04 / 2016 Par Josiane Cabana

    Nous attendions depuis quelque temps déjà cette annonce, soit l’arrivée des premiers signes du printemps qui ne mentent pas. Le 6 avril au matin, un résident de Tadoussac se promène dans le secteur de la pointe Rouge à l’embouchure du fjord du Saguenay. Il note sa première observation de baleine pour l’année 2016: un petit rorqual. Est-ce la même baleine qu’un kayakiste expérimenté a vue au travers des glaces près des rochers, aux Bergeronnes, le 18 mars dernier? Difficile à dire.

    La veille, notre observateur a attendu patiemment, justement sur les rochers du cap de Bon-Désir, mais aucun signe de mammifère marin. Par contre, la faune ailée était bien là, annonciatrice du printemps! Des cormorans à aigrettes, des bernaches cravants et des goélands à bec cerclé volaient au-dessus des eaux de l’estuaire. Ces espèces marquent sans contredit le début de la belle saison, comme l’explique cet ornithologue de longue date qui a vu l’arrivée de plusieurs printemps aux abords du Saint-Laurent. « C’est parti! » annonce-t-il, visiblement enthousiaste. Fait intéressant, il avait aussi observé sa première baleine à pareille date l’année dernière.

    © GREMM

    © GREMM

    Au printemps, les petits rorquals sont dans les premières espèces à être observées dans le Saint-Laurent. Ils sont d’ailleurs attendus d’une journée à l’autre par d’autres observateurs de la Côte-Nord et de la Gaspésie. Leurs mouvements saisonniers ne sont pas bien connus. Des observations ainsi que des enregistrements acoustiques, effectués par le système de surveillance de la marine américaine, suggèrent que les petits rorquals se déplacent vers le sud en hiver dans la région des Antilles (entre novembre et mai). Au printemps, ils passent par les côtes américaines et les Bermudes pour revenir dans leur aire d’alimentation estivale, sans jamais se rassembler. Solitaire et côtier, on observe le petit rorqual très près du rivage, dans des barres de courant ou plus au large, soit en déplacement ou en train de s’alimenter. C’est le plus piscivore des baleines: ses proies préférentielles sont le capelan, le hareng et le lançon, des petits poissons qui forment des bancs denses.

    L’équipe du GREMM, basée au Centre d’interprétations des mammifères marins à Tadoussac, attendait le retour des bélugas dans le fjord du Saguenay. « C’est habituellement autour de cette date que les premières observations ont été faites par le passé » a rappellé le directeur du CIMM le jeudi 7 avril. Quelques heures après, il annonçait le passage d’un groupe de trois bélugas, deux adultes et un juvénile, qui descendaient le Saguenay!

    © GREMM

    © GREMM

    Le son de cloche en Gaspésie est aussi excitant: une naturaliste de longue date a relaté ceci « Mes parents ont aperçu leur première grande baleine dans la baie de Gaspé de leur maison le lundi 4 avril, en face du village de Cap-aux-Os tout près de l’entrée du parc national Forillon. Il y avait présence d’un souffle et ils ont aperçu le dos à plusieurs reprises, mais pas de queue». Rorqual commun? Rorqual bleu? Les prochains jours nous le révèleront peut-être.