C’est fou!

  • Le rorqual à bosse H855 est aperçu plusieurs fois au large de Bergeronnes. © GREMM
    29 / 08 / 2018 Par Marie-Ève Muller - /

    La tuque bien calée sur les oreilles, une observatrice s’extasie devant trois fous de Bassan qui plongent de façon coordonnée devant les rochers du site d’observation de Cap-de-Bon-Désir, aux Bergeronnes, le 26 aout. Cette même journée, elle verra trois petits rorquals remonter à la surface en même temps, un rorqual commun, trois bélugas et un phoque gris. Les observations de fous de Bassan sont plus nombreuses qu’à la normale au cours des derniers étés dans l’estuaire du Saint-Laurent. Même si elle fait plaisir aux observateurs, leur présence n’est pas forcément une bonne nouvelle. Les fous de Bassan se rassemblent en colonies dans le golfe pendant la période de reproduction estivale, limitant plutôt les observations dans l’estuaire aux individus non reproducteurs. Or, des adultes sont maintenant aperçus. Ces fous chercheraient leurs proies beaucoup plus loin qu’à l’habitude pour les ramener jusqu’à leur nid dans le golfe.

    Des fous de Bassan sont aussi observés à Sept-Îles, au large de l’ile du Corossol, tout comme deux rorquals communs et un rorqual à bosse accompagné d’un nouveau-né. Mais là où on voit le plus de fous de Bassan, c’est évidemment autour de la colonie sise sur l’ile Bonaventure. «Il neigeait autour du Rocher Percé», s’exclame une naturaliste, en faisant référence aux plongées coordonnées de ces oiseaux marins aux ailes majoritairement blanches. «Je n’ai jamais vu une telle concentration de fous qui plongent, des milliers! Ils plongeaient dans les maquereaux», relate-t-elle, à propos de son observation du 24 aout dernier.

    Lors de ses croisières aux baleines dans la baie de Gaspé, elle observe jusqu’à cinq rorquals bleus, dont un montre la queue en plongeant. Le 26 aout, la croisière est exceptionnelle : un petit rorqual passe devant le rocher Percé, deux rorquals communs respirent avec force. Tandis que les passagers attendent le retour des communs, c’est plutôt un rorqual bleu qui apparait!

    Un garde-parc de l’ile Bonaventure observe un thon le 31 aout. Puis, un fou de Bassan régurgite à côté de lui. Il peut observer des morceaux de maquereaux et des morceaux de hareng. De quoi nous informer sur les proies du secteur!

    En faisant son repérage pré-sortie, un capitaine de la baie de Gaspé s’installe au parc Forillon et a le bonheur d’observer à environ 4 milles nautiques au large un rorqual à bosse s’élancer dans les airs et soulever l’eau avec fracas au matin du 29 aout. Arrivé au quai de Gaspé, il voit la queue d’un rorqual bleu. Ça promet!

    Le filet de bulles permet au rorqual à bosse d’emprisonner ses proies. © Duke Marine Robotics And Remote Sensing Lab (Flickr)

    Du côté de la Station de recherche des iles Mingan (MICS), les observations ont diminué en nombre, mais pas en qualité! «En 21 ans de recherche au sein du MICS, je n’avais jamais vu ça!», se réjouit Christian Ramp, coordonnateur de la recherche. Son équipe et lui ont pu observer des rorquals à bosse utiliser la technique du filet de bulles. Produit grâce à l’évent ou à la gueule (c’est une question encore débattue), un rideau de bulles à l’allure conique rassemble et emprisonne les proies. Gueules grandes ouvertes, les rorquals poussent alors la nourriture à la surface et engouffrent leur festin en roulant sur eux-mêmes.

    Du côté de Bergeronnes et des Escoumins, une assistante de recherche du GREMM rentre de sa sortie de photo-identification perplexe le 29 aout. « Seulement avec les photos, je croyais identifier une quinzaine de rorquals communs. Maintenant que je suis allée sur l’eau, je me demande s’il n’y en aurait pas une vingtaine!» Elle identifie aussi sept rorquals à bosse, dont Gaspar, Tic Tac Toe et H855.

    Cliquez sur les icônes de baleine ou de phoque pour découvrir l’espèce, le nombre d’individus, des informations supplémentaires ou des photos de l’observation.  Pour agrandir la carte, cliquez sur l’icône du coin supérieur droit. 

    Pour faire apparaitre la liste des observations, cliquez sur l’icône du coin supérieur gauche. 

    Cette carte représente un ordre de grandeur plutôt qu’un recensement systématique.

    Légende pour les icônes de baleine

    Gris pâle: béluga
    Gris foncé: rorqual commun
    Noir: petit rorqual
    Bleu clair: rorqual à bosse
    Bleu foncé: rorqual bleu
    Violet: baleine noire

    Rouge: narval

    Jaune: épaulard

    Légende pour les icônes de dauphin

    Brun: marsouin commun
    Gris foncé : dauphin à flancs blancs

    Vert: dauphin à nez blanc

    Légende pour les icônes de phoque

    Gris: phoque gris
    Brun: phoque du Groenland
    Kaki: phoque commun

    Légende pour les icônes de requin

    Gris pâle: requin pèlerin

    Légende pour les icônes de tortue

    Bleu foncé: tortue luth


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques et des observateurs. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés