Reconnaitre les bélugas entre eux

Les bélugas ne font pas partie des espèces de baleines dont les individus sont les plus faciles à reconnaitre. Ils ne montrent pas systématiquement la queue lorsqu’ils plongent comme les rorquals à bosse, ne présentent pas non plus de patrons de pigmentations comme les rorquals bleus et, le comble, ils n’ont pas de nageoire dorsale.

À la place de la nageoire dorsale, on trouve chez le béluga ce qu’on appelle une crête dorsale, dans laquelle se trouvent de précieuses informations visuelles pour différencier les individus. Cela dit, les animaux présentant des marques dans la crête dorsale ne sont pas les plus faciles à reconnaitre, surtout si ces entailles sont minimes. Par contre, certains animaux vont présenter des marques bien visibles au flanc comme des cicatrices, trous, taches, « coups de pinceau » qui les rendent beaucoup plus faciles à identifier.

Pendant la journée du 7 juillet, alors que nous sommes dans un troupeau à l’embouchure du fiord du Saguenay, nous avons pu observer plusieurs animaux portant tous ces types de marques dont la forme est parfois plutôt excentrique et dont l’origine est énigmatique. Par exemple, regardez la série de points en cercle sur le flanc de DL2503, ou encore les grafignes sur le flanc de Dorothy faisant penser à des gribouillis faits par un enfant. Au cours de ce contact, nous avons aussi pu reconnaitre Miss Frontenac et DL0169 grâce à leurs cicatrices respectives et Pure Laine grâce au petit « coup de pinceau présent sur son flanc gauche.

Plus bas se trouve la liste complète des animaux identifiés cette semaine par nos techniciennes de laboratoire aux yeux aguerris. La majorité des identifications a lieu au bureau, en comparant les photos. En mer, le court laps de temps où on peut observer les animaux ne permet pas toujours de reconnaitre les individus entre eux.

Identifications de la semaine

Blanchon – Adoptée par les employés de l’hôpital Sainte-Justine et les étudiants de l’école secondaire Saint-Sacrement en 1993
Dorothy – Adoptée par Adelaide Gomer et Mathijs et Anneke Wittink en 2016
Miss Frontenac – Adoptée par Fairmont Le Château Frontenac en 2008
Pure Laine – Adoptée par Cynthia Fish en 2014

et Dl1500, Dl1903, Dl2181  (dernière observation en 2007), Dl2503  (dernière observation en 2006), Dl1328, Dl473 et Dl1772 (dernière observation remonte à 2011).

La liste complète des bélugas identifiés nécessite un travail d’appariement minutieux qui sera poursuivi après la saison de terrain.

Carnet de terrain - 14/7/2017

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020