Chasseurs à l’affut !

Il y a quelques semaines, nous observions un béluga cracher à la surface de l’eau pour chasser le hareng. Cette semaine nous avons été témoins d’une autre partie de chasse de la part de nos baleines blanches.

À l’automne, nous observons souvent de gros rassemblements de bélugas qui font « le convoyeur » entre les bouées S7-S8 et la pointe Rouge, comme s’il y avait un tapis roulant qui les ramenait vers pointe Rouge pendant qu’ils sont sous l’eau, alors que, en surface, ils se dirigent activement vers les bouées de sortie du Saguenay.

Lors d’une sortie de fin d’après-midi, nous sommes dans un de ces troupeaux qui nous font tourner en bourrique. Il n’y a rien de cohérent dans le patron de déplacement des animaux et il est difficile de nous placer convenablement pour la photo-identification. La patience est de mise !

Le groupe que nous ciblons finit sa séquence de ventilation et plonge, mais nous devinons encore leur silhouette juste sous la surface de l’eau en transparence. Nous pouvons voir qu’ils se déplacent très vite et changent constamment de direction. Soudainement, nous apercevons une petite masse d’eau qui frémit rapidement et se déplace. Il se passe quelque chose juste en dessous de la surface ! Nos bélugas sont bien à l’origine de cette activité, mais pas directement : c’est du poisson qui frétille ! Nous nous rapprochons doucement pour mieux voir. Michel Moisan arrive à capturer quelques photographies de la scène qui vient de se dérouler sous nos yeux. Cela n’aura duré que l’espace d’une minute, avant que la surface de l’eau redevienne normale.

De retour à terre, nous regardons les photos avec attention sur l’écran de l’ordinateur. Difficile de se prononcer avec certitude, mais une photo en particulier nous donne de bonnes raisons de soupçonner qu’il s’agissait de bars rayés. Sur un des clichés, nous arrivons même à deviner la silhouette de quatre de ces poissons.

L’année dernière, Michel avait été le témoin, pour la première fois de sa longue carrière, d’une scène de chasse au bar rayé. Avec le retour de cette espèce dans les eaux du Saint-Laurent, il est possible que le bar rayé soit sur le menu des bélugas qui ont un régime alimentaire plutôt diversifié.

Carnet de terrain - 4/10/2017

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020