Au fil du Saint-Laurent, de Halifax à Tadoussac

  • © GREMM
    © GREMM
    11 / 06 / 2015 Par Marie-Sophie Giroux

    Une collaboratrice des Nouvelles du large a parcouru le Saint-Laurent à bord d’un voilier à la fin mai. Pour nous, elle a noté ses observations de mammifères marins.

    Départ: Halifax, capitale de la Nouvelle-Écosse aux abords de l’océan Atlantique. À trois milles marins au large du village de Pennant Point, notre observatrice remarque la présence d’une dizaine de dauphins à la nageoire dorsale proéminente. Ils tournent en rond. «S’alimentent-ils?» se questionne-t-elle.

    En longeant la pointe est de l’île du Prince-Édouard, elle remarque trois marsouins communs et dénombre au moins huit de ces petites baleines (un adulte mesure entre 1 et 2 m) pendant la traversée entre les îles de la Madeleine et la Gaspésie. Elle observe également trois petits rorquals, un groupe de phoques gris et quatre grands rorquals qu’elle soupçonne être des rorquals communs.

    Un excursionniste de la région de Gaspé mentionne aussi la présence de petits rorquals, de marsouins communs et d’au moins trois rorquals communs dans la baie de Gaspé au cours des derniers jours. Un pêcheur de crabe lui mentionnait également qu’il avait vu une dizaine de rorquals communs dans un secteur situé à plusieurs dizaines de milles marins au large du cap Gaspé.

    Revenons à bord du voilier dans lequel notre passagère poursuit sa route le long de la péninsule gaspésienne. Au cours de la nuit du 24 mai, un petit rorqual est entrevu. Les jours suivants, les villages de l’Anse-à-Valleau, Cloridorme, Cap-Chat et Les Méchins défilent sur la rive sud alors que des petits rorquals, des marsouins communs et des phoques gris sont aperçus en mer.

    Arrivée à l’embouchure du Saguenay, notre collaboratrice observe des bélugas en plein cœur de leur habitat d’été. Elle remarque aussi un petit rorqual. Les observateurs terrestres, installés sur les rochers de la pointe de l’Islet, suivent aussi les mouvements de cette baleine qui chasse près des falaises du fjord. Aucun rorqual bleu à l’horizon. Un de ces géants, le plus grand animal sur la planète, a été aperçu entre Les Escoumins et Les Bergeronnes.

    Si ses observations se sont conclues à Tadoussac, le périple de notre observatrice n’était pas encore terminé. Il lui restait encore une centaine de kilomètres à parcourir avant d’atteindre son point d’arrivée: La Baie.