Sur la Côte-Nord, la 138 épouse la courbe sinueuse du Saint-Laurent. Une conductrice jette de temps à autre un œil vers le fleuve, par-dessus les bancs de neige imposants. Le ciel bleu de février permet au regard de porter loin. Rendue près de Sheldrake, une communauté maintenant fusionnée à Rivière-au-Tonnerre, elle aperçoit un souffle en colonne. Elle gare sa voiture, en sort et tente de photographier l’animal avec son cellulaire.

La baleine effectue des mouvements en surface : elle s’alimente. Les rorquals utilisent leurs fanons comme un tamis pour filtrer l’eau et retenir à l’intérieur de leur bouche les proies, qu’elles pousseront vers l’œsophage avec leur langue.

Les fanons ont une drôle de texture, quelque part entre le cheveu et l’ongle. Vus de près, les fanons présentent deux lames dures comme des ongles entre lesquelles s’effilochent des poils très drus comme des moustaches de chat. Dans l’eau, les fanons sont plutôt souples.

Comme nos ongles et cheveux, les fanons poussent continuellement et s’usent. Par contre, les fanons ne tombent pas comme nos cheveux le font. Ainsi, on peut utiliser les fanons pour étudier la vie des baleines. En effet, certains évènements comme une période de stress intense ou une gestation laisseront des traces biochimiques dans les fanons. Une analyse de ces marqueurs permettra de retracer les dernières années de vie d’une baleine.

Le grand rorqual s’alimente donc en surface, sous les yeux de la conductrice qui prend le temps de profiter du privilège. Cette semaine, elle est la seule à nous rapporter une observation! Elle reprend la route, sachant que la baleine reprendra la sienne une fois le ventre plein.

Les observations se font rares ces jours-ci, mais l’anecdote nous démontre que la vie se cache probablement derrière le rideau des tempêtes. Vous avez vu quelque chose? N’hésitez pas à m’écrire! Votre histoire de baleine nourrira la prochaine chronique.

Observations de la semaine - 28/2/2019

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

«La meilleure saison»

«Le début d’automne, c’est le plus beau moment de l’année pour les baleines!», décrète Renaud Pintiaux, qui observe les baleines…

|Observations de la semaine 24/9/2020

Dauphins d’automne

«Quoi? Des dauphins ici?», s’étonne une lectrice. Pour bien des gens, lorsqu’on parle de dauphin, l’image mentale qui apparait est…

|Observations de la semaine 17/9/2020

Troupeaux de baleines

Les souffles caverneux explosent l’un après l’autre, laissant six colonnes blanches et cylindriques s’estomper lentement. Un troupeau de rorquals communs…

|Observations de la semaine 10/9/2020