Abondance automnale

  • Les rorquals à bosse Splish, la Souffleuse et Tracks © René Roy
    Les rorquals à bosse Splish, la Souffleuse et Tracks © René Roy
    02 / 11 / 2016 Par Josiane Cabana

    « La récolte de l’automne est abondante » écrit un habitué du Saint-Laurent, visiblement enthousiaste des rencontres de grands rorquals qu’il a faites ces derniers jours. « C’est presque mieux qu’en plein été! » dit une naturaliste chevronnée, inlassable du spectacle que les baleines procurent en cette saison froide. Les mammifères marins sont si abondants et les conditions d’observations si agréables que les croisières dans la région de Tadoussac ont repoussé d’une semaine la fin de leurs activités en mer.

    Le rorqual à bosse Dog Ear © René Roy

    Le rorqual à bosse Dog Ear © René Roy

    À la fin octobre, un collaborateur profitait aussi de la météo favorable pour faire deux sorties en mer dans l’estuaire, à partir de Rimouski sur la rive sud jusqu’à Betsiamites sur la Côte-Nord. Il a pu observer de très nombreux dauphins à flancs blancs, plusieurs petits rorquals, quatre rorquals bleus, trois rorquals communs et huit rorquals à bosse. Une semaine plus tard, il observait au centre du chenal laurentien, au large de Colombier, quatre rorquals à bosse, dont le fameux Dog Ear, facilement reconnaissable à son lobe de queue plié. C’était la première fois qu’il était observé dans ce secteur; il est plutôt connu pour faire partie d’un groupe qui fréquente principalement le secteur de Mingan en été.

    Toujours dans les dernières journées d’octobre, un résident du secteur de la péninsule Manicouagan sur la Côte-Nord rapportait « toujours une vingtaine de baleines dont plusieurs rorquals à bosse présents de façon journalière au large et à l’est de Pointe-Paradis. Le spectacle est toujours aussi fascinant de les voir sortir la queue et je pense même reconnaître certains individus par la pigmentation blanche du dessous de la nageoire caudale. Je vais jusqu’à imaginer qu’elles me saluent lorsqu’elles frappent la surface de l’eau avec leur nageoire».

    Nageoire de rorqual à bosse (Quill) © René Roy

    Dans la région de Franquelin, des petits rorquals se pointent près de la côte quotidiennement. On y a aussi observé jusqu’à quatre rorquals à bosse dans la même journée le 28 octobre dernier, dont un individu qui frappait la surface de l’eau avec ses nageoires pectorales! Une internaute a suscité beaucoup d’intérêt pendant la fin de semaine de l’Halloween avec des vidéos montrant des rorquals à bosse sautant complètement hors de l’eau à plusieurs reprises. Elle écrivait même sur sa page Facebook « Le coeur qui débat, les yeux remplis de larmes de joie….un effet incroyable devant un tel spectacle… Aujourd’hui, à Franquelin j’ai vu le plus beau spectacle de ma vie les pieds sur terre et non sur l’eau ». Amatrice de paddleboard, elle est ensuite partie sur la route des baleines comme elle le dit, où elle a pu rencontrer des rorquals à bosse plus calmes, au moins cinq, puis des marsouins communs en déplacements rapides, en plus des phoques gris un peu partout.

    La région de Tadoussac est aussi l’hôte de centaines de phoques gris. On y a même repéré quelques phoques du Groenland, signe que l’automne est bien installé. Côté baleines, cinq rorquals communs évoluaient cet après-midi au large de Tadoussac, particulièrement dans le secteur de l’île Verte. Une rumeur que trois rorquals à bosse étaient au quai des Escoumins circulait aussi. Celui que l’on surnomme « Picotine » a été vu encore fréquemment ces derniers jours entre Tadoussac et Les Bergeronnes.

    Un groupe de bélugas © GREMM

    Un groupe de bélugas dans le Saguenay © GREMM

    La nourriture semble abondante en surface puisqu’au 30 octobre un observateur rapportait une dizaine de petits rorquals actifs en surface, en pleine alimentation. Il ajoute « au-dessus de ces mammifères marins, des nuées de mouettes tridactyles, mais aussi mouettes de Bonaparte, des goélands marins, argentés, à bec cerclé, participant à ce festin ». En ce 2 novembre, le soleil d’automne mettait en lumière les petits souffles discrets des bélugas, observés quotidiennement par dizaines dans l’embouchure du fjord du Saguenay. C’est un membre de l’équipe du GREMM, maintenant à terre pour la saison froide, qui les observait du Centre d’interprétation des mammifères marins.