À quand remonte la présence de bélugas dans le Saint-Laurent?

  • © GREMM
    04 / 10 / 2015 Par Camille Bégin-Marchand -

    Parmi les premières mentions de bélugas dans le fleuve Saint-Laurent, certaines se trouvent dans les carnets de voyage de Jacques Cartier en 1535. Ce dernier y décrit alors une baleine blanche qu’il surnomme «marsouin blanc». Les bélugas arpentent le fleuve Saint-Laurent depuis bien longtemps. La plus ancienne description de l’aire de répartition totale date de 1944 et s’étendait alors des côtes du golfe du Saint-Laurent, de la baie des Chaleurs au sud et de Natashquan au nord, jusqu’au-delà de la ville de Québec. Le chercheur Pierre Béland écrit dans son œuvre Les bélugas. L’adieu aux baleines que, de mémoire d’homme, on apercevait des bélugas du lac Saint-Pierre et tout au long de la rive nord jusqu’au golfe du Saint-Laurent. On connaît peu la taille de la population à l’époque, mais elle était bien plus nombreuse qu’aujourd’hui.

    Bien plus tôt encore, l’origine des bélugas du Saint-Laurent remonte à la fin de la dernière glaciation il y a 10 000 ans. Le glacier Wisconsin qui recouvrait le continent américain, lors de sa fonte, a créé une immense mer qui s’étendait du littoral atlantique jusqu’au Grands Lacs vers l’ouest et jusqu’à l’état de New York vers le sud: la mer de Champlain. On retrouvait alors des bélugas, mais aussi des baleines, des morses, des narvals et d’autres mammifères marins, dans ce qui était pour devenir les basses-terres du Saint-Laurent en amont de Québec et de la vallée de l’Outaouais. Il y a 7000 ans, lorsque la croûte terrestre a repris forme suite au retrait du glacier, les terres ont émergé, le fleuve Saint-Laurent s’est créé et les bélugas y ont élu domicile. Aujourd’hui, il est possible de trouver des fossiles de ces animaux ensevelis sous les sédiments. En 2001, à Saint-Félix-de-Valois, un fossile de 12 700 ans a été retrouvé et récupéré par l’Université du Québec à Montréal. D’ailleurs, en plus des vestiges de bélugas (environ 80% des spécimens découverts), un marsouin commun, un rorqual à bosse, un rorqual commun, une baleine boréale, ainsi que différentes espèces de phoques et des morses y ont été retrouvés. Des études archéologiques ont étudié des anciens territoires de chasse iroquoiens et démontre que ces derniers chassaient le béluga à l’île Verte il y a de ça 1500 à 1000 ans.

    Aujourd’hui, la population de bélugas du Saint-Laurent est estimée à environ 900 individus et, au cours de l’été, elle est s’étend de l’île aux Coudres jusqu’à Forestville dans le fleuve, et jusqu’à la baie Sainte-Marguerite dans le fjord du Saguenay. Les bélugas y vivent à longueur d’année bien que leur répartition hivernale soit méconnue.

     

    En savoir plus: