Les bénévoles d’Urgences Mammifères Marins

  • © France Bernier
    23 / 01 / 2015 Par Josiane Cabana

    Le Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins n’est pas très sollicité par les riverains à cette période de l’année. L’équipe ne chôme pas pour autant comme c’est le moment de l’année pour consolider le réseau des bénévoles.

    Depuis 2012, le Réseau offre l’opportunité aux citoyens ou professionnels de la mer de s’impliquer auprès des mammifères marins morts ou en difficulté. Que ce soit dans Charlevoix, sur la Côte-Nord, en Gaspésie, aux îles de la Madeleine ou même dans la portion fluviale du Saint-Laurent, l’appel est lancé à ceux et celles qui sont disponibles, motivés et qui ont un intérêt pour les phoques et les baleines du Saint-Laurent.

    Grâce au Programme Interactions communautaires, coadministré par Environnement Canada et le gouvernement du Québec, les bénévoles sont formés et outillés d’une trousse d’intervention. Ce sont près de 100 bénévoles qui sont disponibles pour agir sur le terrain et effectuer des tâches diverses: fournir des photos et des informations aux experts pour évaluer l’état d’un animal, sensibiliser le public sur les lieux, sécuriser un site ou venir en aide à des intervenants spécialisés. En 2014, l’équipe des bénévoles a réalisé 66 interventions, pour plus de 65 heures de temps bénévole. Ils sont intervenus auprès de 34 phoques et 32 cétacés (55 cas de carcasses et 9 cas impliquant des animaux vivants). Une contribution essentielle!

    Bénévoles recherché(e)s

    Chaque hiver, Urgences Mammifères Marins part à la recherche de nouveaux bénévoles afin d’augmenter son efficacité et avoir une couverture plus complète du territoire.

    Devenir bénévole pour le Réseau ne demande aucune compétence particulière, mais l’équipe souhaite recruter des gens disponibles et motivés qui habitent près des rives du Saint-Laurent, qui ont un intérêt certain pour les mammifères marins et qui ont à cœur la conservation du milieu marin et la sensibilisation d’un grand nombre de personnes. Il faut aussi posséder un équipement facilitant le travail du centre d’appels : appareil-photo numérique, accès à Internet, voiture et téléphone cellulaire (pour les communications sur le terrain et idéalement pour l’envoi rapide de documentation visuelle). Vous êtes intéressé(e)? Écrivez-nous à reseau@gremm.org

    Pour en savoir plus

    Sur le site de Baleines en direct :

    Urgences Mammifères Marins : les actualités

    Sur le site de l’émission Bleu à Radio-Canada :

    Sauver les baleines (une visite du centre d’appels « Urgences Mammifères Marins »)