Pacalou

- Pascale Cauchi
  • No d'identification : DL1355
  • Sexe : Femelle
  • Naissance : Vers 1992
  • Connu depuis : 1997
  • Adoptée depuis : 2006
1355_D_BL97-012-32 0
1355_D_BLV060825_1028_0
1355_D_BLV070615_1007_0
1355_G_BL98-149-27 0
1355_G_BLV040812_1007_0
1355_G_BLV050907_1142_0

Portrait

Distinguer Pacalou du flanc gauche seulement à l’aide des petites entailles de sa crête dorsale peu proéminente n’est pas évident. On la reconnait surtout grâce à cette tache grise, ronde, en avant de la crête flanc droit.

La première rencontre avec Pacalou remonte à 1997. À cette époque, elle était un jeune béluga gris âgé de quatre ou cinq ans.

Pacalou est une femelle de la communauté du Saguenay. Son sexe est confirmé par une biopsie prélevée pendant l’été 1998. En 2004, nous l’avons régulièrement aperçue en compagnie de son nouveau-né, Missa Frontenac.

Histoire insolite

Pacalou avait autrefois deux identités. Lors de sa première rencontre avec le GREMM, elle était jeune, grise et dynamique. On la surnomma Gonzo, mais son nom changea pour Gonzesse après qu’une biopsie effectuée l’année suivante révéla son sexe. En grandissant, sa coloration est devenue plus pâle et la tache sur le flanc droit est devenue plus foncée. On l’a alors prise pour un nouveau béluga qu’on nomma Pacalou… jusqu’à ce que l’équipe du GREMM compare les marques uniques de Pacalou avec celle de la juvénile Gonzesse : identiques!

Historique des observations de Pacalou

Dernières nouvelles

  • 31 AOÛT 2016

    Nous observons Pacalou à l’embouchure du fjord. Elle nage parmi un troupeau de 60 bélugas. Au sein du troupeau, on remarque des individus entièrement blancs dont les femelles Miss Frontenac — la fille de Pacalou — Neige et Pure Laine ainsi que des bélugas gris. On y observe aussi quatre nouveau-nés. Les animaux sont dispersés et très actifs. Les plongées sont de courte durée. Nous soupçonnons qu’ils s’alimentent près de la surface. L’embouchure du Saguenay, par ses conditions océanographiques particulières, est un lieu riche en proies. D’ailleurs, deux petits rorquals profitent aussi de l’abondance de nourriture!
    Après une heure de suivi, tous les animaux ont pris la direction de l’amont du Saguenay. La brume commence à se lever et nous les quittons après avoir réussi plusieurs clichés.

    Mise à jour : 22 mars 2017

Le parrain