Nyatamah

- Zoological Society of Montreal
  • No d'identification : DL0078
  • Sexe : Femelle
  • Naissance : Avant 1973
  • Connu depuis : 1989
  • Adopté depuis : 1989
0078_D_BR90-061-30 0
0078_D_BR90-061-31 0
0078_D_DL89-031-28-1
0078_G_BK90-016-43-1
0078_G_BK90-042-03-1
0078_G_BR89-001-33-1

Portrait

Les deux cicatrices sous la crête dorsale évoquant la forme de deux yeux sont un bon moyen d’identifier Nyatamah. On peut aussi la reconnaitre à sa grosse cicatrice au pédoncule.

Nous avons rencontré pour la première fois Nyatamah en 1989. Elle était déjà d’un blanc immaculé. Nyatamah serait née avant 1973.

Sa petite taille et ses fréquentations nous ont permis de confirmer que Nyatamah est une femelle. Elle appartient à la communauté de femelles de la rive sud du Saint-Laurent.

Clin d’œil

Nyatamah fait partie du groupe des femelles qui, pendant la saison estivale, se cantonne dans le secteur des îles de Kamouraska. L’équipe de recherche l’a vue en compagnie d’un nouveau-né de façon récurrente. Cette association a permis de soupçonner, pour finalement confirmer, que Nyatamah est bel et bien une femelle et probablement une mère. La mise bas des bélugas du Saint-Laurent se déroule généralement l’été. Les petits sont allaités pendant environ deux ans. Cette période d’apprentissage et de soins de la mère est vitale pour la survie du nouveau-né.

Observé(e) régulièrement avec:

Historique des observations de Nyatamah

Dernières nouvelles

  • 22 SEPTEMBRE 1990

    Nyatamah est observée au large de Kamouraska. Nous repérons un troupeau d’une dizaine d’individus, des adultes et des jeunes. Après plusieurs minutes d’observations, nous réalisons que l’un des jeunes, un nouveau-né, nage constamment aux côtés de Nyatamah. C’est probablement son petit.

    La dernière observation de Nyatamah remonte à plus d’une vingtaine d’années. Que lui est-il arrivé? Est-elle morte? Est-elle demeurée invisible à l’œil du chercheur? Impossible de savoir pour le moment. Chose certaine, son histoire demeure une source d’informations précieuses pour nos connaissances sur cette population fragile.

    Mise à jour : 7 novembre 2017

Le parrain