Urgences Mammifères Marins s’active

  • 19 / 03 / 2016 Par Josiane Cabana
    © Fabienne Michot

    © Fabienne Michot

    Après deux mois de silence absolu au Centre d’appels du 1-877-7baleine, un cas est signalé samedi le 12 mars: deux résidentes de Havre-Aubert aux Îles-de-la-Madeleine découvre une carcasse à moitié submergée sur la plage. Elles croient d’abord avoir à faire à un marsouin commun, mais les photos envoyées à l’équipe d’Urgences Mammifères Marins révèlent plutôt un cétacé de plus grande taille avec une nageoire dorsale proéminente en forme de faucille plutôt que triangulaire. Il s’agirait donc probablement d’un dauphin! La carcasse est dans un état de décomposition avancée et le patron de coloration de la peau est impossible à voir. L’espèce demeurera donc non identifiée.

    Les témoins sont de nouvelles bénévoles inscrites à l’hiver au Réseau des bénévoles d’Urgences Mammifères Marins. Après avoir été contactées par le Centre d’appels, elles sont retournées sur la plage où se trouvait le cétacé afin de documenter plus en détails la situation : des mesures, des photos du crâne, des dents et autres données précises aident à déterminer l’espèce et peut-être aussi obtenir des indices sur ce qui aurait pu causer la mort chez l’animal. Malheureusement, la carcasse avait vraisemblablement été entraînée par la marée, le vent et les vagues.

    © France Bernier

    Un bénévole sécurise une carcasse de béluga © France Bernier

    Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins comptera plus de 130 bénévoles pour l’année 2016. D’ailleurs, la période de formation pour ces riverains dévoués a commencé jeudi le 17 mars. C’est près d’une dizaine d’ateliers qui seront données d’ici la fin du mois afin d’outiller les bénévoles nouvellement impliqués et ceux de longue date. À l’horaire: présentation des protocoles destinés aux équipes, atelier d’identification d’espèces de mammifères marins vivants et morts, anecdotes et cas marquants traités par les équipes du Réseau depuis sa création, en 2004.