La carcasse d’un béluga a été découverte par un résidant des Bergeronnes sur une petite plage isolée le dimanche 26 mai. Il a aussitôt signalé l’incident à Urgences Mammifères Marins (1-877-722-5346). Heureux réflexe: cet appel rapide permet de coordonner une réponse efficace et de maximiser les chances de recueillir de précieuses informations, utiles pour la conservation.

Un bénévole s’est rendu sur les lieux pour valider la situation et sécuriser la carcasse à l’aide d’une corde, l’empêchant de repartir avec la prochaine marée. À partir de ces premières informations, il est vite apparu que la carcasse n’était pas assez fraîche pour un transport à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, où l’équipe de Stéphane Lair est en charge des nécropsies. Un échantillonnage sur place, supervisé par l’Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent, allait toutefois permettre de contribuer à plusieurs programmes de recherche menés entre autres par Pêches et Océans Canada et le GREMM. La carcasse étant loin de toute habitation, elle restera probablement sur place, sa décomposition faisant partie d’un cycle naturel. Les informations recueillies jusqu’à présent révèlent qu’il s’agit d’une femelle adulte.

Quelques images du béluga sur la plage (coeurs sensibles, s’abstenir…):

  • Crédit: © GREMM

Le béluga est la seule population de baleines résidant à l’année dans le Saint-Laurent. Petite et isolée des autres populations du Nord, la population du Saint-Laurent est fragile. Le programme de récupération des carcasses de bélugas, en place depuis plus de 30 ans, est essentiel pour mieux comprendre et mieux protéger ces animaux. Chaque année, une quinzaine de carcasses sont ainsi retrouvées sur les berges ou à la dérive.

Urgences Mammifères Marins - 27/5/2013

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Pourquoi ne pas toucher à une carcasse de mammifère marin?

Par Marie-Maude Rondeau Avez-vous déjà entendu parler de Valleau, le cachalot dont la carcasse s’est échouée à L’Anse-à-Valleau en 2003?…

|Urgences Mammifères Marins 4/11/2021

Deux baleines à bec s’échouent vivantes dans la baie des Chaleurs

Jeudi 30 septembre, le Réseau québecois d'urgence pour les mammifères marins (RQUMM) reçoit un signalement pour deux baleines échouées vivantes…

|Urgences Mammifères Marins 7/10/2021

Que faire face à un phoque blessé?

Alors que vous vous promenez sur les rives du Saint-Laurent, vous tombez nez à nez avec un phoque. Jusque-là, rien…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2021